LA VILLE QUE NOUS VOYONS
Claire Tenu


Textes de Claire Tenu et Jean-François Chevrier



Claire Tenu a travaillé pendant deux ans à Cherbourg. La ville que nous voyons désigne non seulement cette ville en particulier, vue à travers le livre, mais aussi toute ville, dont la découverte renouvelle une expérience semblable de la vision. Dans cette expérience, l'espace concret se superpose à un espace imaginaire. Dans La ville que nous voyons, le regard de Claire Tenu a croisé d'autres regards : cartes postales et plans anonymes, œuvres d'Édouard Baldus et de Jean-François Millet, ou encore un Songe de Jacob datant du XVIIIe siècle, conservé au musée Thomas-Henry de Cherbourg. Les séquences d'images sont entrecoupées de textes, entre récit et rêverie, écrits par Claire Tenu, et suivis d'un essai de l'historien d'art Jean-François Chevrier. Joint à l'ouvrage, un livret dépliable, issu d'un travail avec les étudiants des Beaux-Arts de Cherbourg, est consacré à une sculpture de Frank Stella visible dans la ville. 

Née en 1983, Claire Tenu est diplômée de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (Ensba) où elle a participé aux activités du séminaire Des territoires, animé par Jean-François Chevrier. Elle est membre du groupe d'artistes Rado. Son travail a notamment été présenté en 2009 au musée régional d'Art contemporain Languedoc-Roussillon (Sérignan). La ville que nous voyons est son premier livre.

Format : 22,5 x 29 cm
138 pages
59 photographies et œuvres graphiques
ISBN : 978-2-912132-76-5
27 euros

Parution : novembre 2013





















Claire Tenu
Point de vue du noyé, Cherbourg, 2012



Jean-François Millet, Falaises de Gréville, 1871
Coll. Musée d'art Thomas-Henry, Cherbourg