Rencontres passées

À l'occasion de l'exposition Albums d'August Sander


Vernissage
le samedi 21 mai à 18h

Rencontre avec Gerd Sander, commissaire associé de l'exposition le dimanche 22 mai à 11h


Projections
Mercredi 25 mai à 15h

à la Bibliothèque Jacques-Prévert (Cherbourg)

La bibliothèque Jacques-Prévert propose, en partenariat avec Le Point du Jour, deux films sur August Sander.


August Sander, voyage en Sardaigne de Reiner Holzemer (Allemagne, 2011, 27 min.)


En 1927, August Sander accompagne l'écrivain Ludwig Mathar en Sardaigne et en ramène un reportage de cinq cents photos. Ces clichés donnent une vision exceptionnelle d'une île et d'une société ancrées dans la tradition.


August Sander (People of the 20th Century) de Reiner Holzemer (Allemagne, 2002, 45 min.) 


Ce documentaire raconte la vie de ce grand maître de la photographie et permet de parcourir son œuvre, véritable panorama des classes socio-professionnelles de l'Allemagne, en particulier pendant l'entre-deux-guerres. Ce film a été sélectionné en 2005 par le Festival international du film sur l'art de Montréal.


Bibliothèque Jacques-Prévert

Le Quasar
Salle Paul-Éluard (niveau -1)
Esplanade de la Laïcité

Cherbourg-en-Cotentin 


Entrée libre


en savoir plus sur l'exposition



Proposée par les Amis du Point du Jour

Soirée
Loto photographique
Samedi 30 avril à 20h3

Pour soutenir le centre d'art, les Amis du Point du Jour organisent un loto photographique. Chaque numéro sera associé à une photographie précédemment exposée au Point du Jour. Le loto sera l'occasion de redécouvrir le travail de ces photographes et de gagner une édition limitée de Marina Gadonneix ainsi que des livres édités par Le Point du Jour.
La soirée se poursuivra en dance-party sous l'égide du DJ Olivier Daoulas.

3 euros le carton / 10 euros les 4

Un carton offert aux Amis du Point du Jour

Réservation conseillée : amisdupointdujour@gmail.com

Ouvert à tous
Premier lot :
Landscapes
de Marina Gadonneix et Marcelline Delbecq (RVB Books)
Livre sous étui avec un tirage original 31 x 25 cm, signé et numéroté.
Édition limitée à 100 exemplaires



Autour de l'exposition La couleur moyenne de l'univers
Projections-rencontre
Vendredi 29 avril à 19h


Choisis par Marina Gadonneix, ces films mettent en relation le texte et l'image de manière telle que la réalité se mêle à la fiction.

Qui n'a pas sa part d'ombre (2015, 15 min.) de Léo Favier
Avec la voix de Lambert Wilson

 Mon histoire ? C'est l'ambition foudroyée. Tel un lonesome cow-boy à à chaque fois parti dernier et toujours arrivé en tête à, j'ai été dominé par ma part d'ombre et je me suis trouvé ligoté dans mes mensonges.  Qui n'a pas sa part d'ombre est constitué intégralement de clips vidéos issus des banques d'images en ligne Videohive et Shutterstock.
En présence du réalisateur
Lettre de Sibérie (1958, 57 min.) de Chris Marker
Le grand critique André Bazin qualifiait Lettre de Sibérie d' essai documenté par le cinéma . Loin d'être un simple commentaire, le texte ciselé par Marker, ironique et empathique à la fois, joue avec différents types d'images pour décrire ce pays du  socialisme réel  empreint d'imaginaire.


Proposée par les Amis du Point du Jour

Projection-rencontre
"Lynne Aperçue" de Frédéric Leterrier (2013, 59 min.)
vendredi 22 avril à 19h

Pendant trois ans, Frédéric Leterrier a accompagné Lynne Cohen à travers une correspondance, sur les lieux qu'elle a photographiés ou alors qu'elle réalise de nouvelles prises de vue. Les photographies de Lynne Cohen montrent des espaces intérieurs sans figure humaine, souvent si incongrus qu'ils en deviennent comiques. Mais on y sent aussi une présence, potentiellement inquiétante, un contrôle qui s'exerce sur les corps. Entre la photographe et le cinéaste s'établit une relation faite d'intimité et de réserve. L'image procède d'une expérience commune inscrite dans l'espace et le temps.

Né en 1977, Frédéric Leterrier vit à Cherbourg. Il est l'auteur de documentaires de création parmi lesquels Avoir un Indien de réserve (2010).

La projection sera suivie d'une rencontre avec Frédéric Leterrier.



Autour de l'exposition La couleur moyenne de l'univers


Conversation entre Marina Gadonneix et Jean DupratVendredi 15 avril à 19h
À partir de l'exposition La couleur moyenne de l'univers, et des recherches menées en antarctique sur les origines du système solaire, Marina Gadonneix et Jean Duprat s'entretiendront autour de leurs pratiques.
Jean Duprat est directeur de decherche au CNRS et travaille au Centre de Sciences Nucléaires et de Sciences de la Matière à Orsay. Expert d'une discipline à la frontière entre la physique nucléaire et l'astrophysique, Jean Duprat est responsable d'un programme de collecte de poussières extraterrestres au centre du continent Antarctique, à proximité de la base CONCORDIA (Institut polaire français, Paul-Émile Victor). Ce site très isolé n'est contaminé par aucune poussière d'origine terrestre et particulièrement propice à la collecte de micrométéorites. Les recherches menées par Jean Duprat visent à retracer les événements qui ont accompagné la naissance du système solaire. L'analyse des micrométéorites collectées a démontré qu'il est possible de trouver à la surface terrestre des poussières cométaires provenant des régions les plus reculées du système solaire.
Marina Gadonneix à travers sa série Phénomènes, étudie la question des dispositifs de fabrication de phénomènes physiques. Derrière chaque machine, il existe une représentation du réel qui interroge à la fois la nature profonde des choses et notre capacité à l'appréhender.
Par-delà la spécificité de leurs usages et de leurs recherches, Marina Gadonneix et Jean Duprat interrogeront la notion de dispositif, d'atelier et de laboratoire de recherche où se rejoueraient simultanément l'histoire universelle et l'expérience de la pensée.



Proposée par le festival " Femmes dans la ville"


Visite de l'exposition, suivie d'une projection-rencontre
vendredi 11 mars à 18h

Objectif femmes
de Manuelle Blanc et Julie Martinovic (2015, 53 min.)

Qui sont les femmes photographes ? Pourquoi ont-elles justement choisi ce médium artistique plus qu'un autre ? Comment ont-elles gagné autonomie et reconnaissance à travers leur travail ? Existe-t-il des similitudes dans leur parcours, ou des récurrences dans le choix des thèmes abordés ? Que penser de la notion de "regard féminin" ? Y a-t-il chez elles une manière singulière d'appréhender le monde ?


Après une visite commentée de son exposition, Marina Gadonneix participera à une rencontre autour du film, accompagnée d'un apéritif.





Proposées par l'asso c
Performances
Mardi 1er mars à 20h30

Pierre Berthet et ses Filter Queens
Dans ses installations sonores, Pierre Berthet agite, relie, fait réagir objets, matériaux, instruments. Ici, des tuyaux d'aspirateurs font bon ménage avec des plantes motorisées.
Pierre Berthet
un aperçu
Thierry Weyd, Tour de chant
Activiste protéiforme, Thierry Weyd fait son tour de chant : un prologue en forme de caramel mou, suivi de neuf reprises vibrantes et d'un épilogue fumeux...
Thierry Weyd
Prix libre



Marina Gadonneix
La couleur moyenne de l'univers

Vernissage le samedi 30 janvier à 18h
Rencontre avec Marina Gadonneix le dimanche 31 janvier à 11h

en savoir plus


Frédéric Leterrier - Hommage à Lynne Cohen - Séminaire photographique
jeudi 14 janvier à 18h à la MGI (Paris)

en savoir plus


Vente exceptionnelle
samedi 19 et 20 décembre de 14h à 19h


Cette vente est l'occasion de vous procurer des livres édités par le Point du Jour, avec jusqu'à 50 % de remise sur certains ouvrages anciens.

De nouveau cette année, Le Point du Jour invite La Moulinette, collectif de créateurs/graphistes/artistes/stylistes pour une exposition/vente de leurs créations.

La Moulinette

Avec le soutien des Amis du Point du Jour

Les livres du Point du Jour sont également disponibles chez tous les bons libraires.


George Dupin - Séminaire photographique
jeudi 10 décembre à la Maison du geste et de l'image (Paris)

en savoir plus


C
olloque
" Roland Barthes, pensée de la photographie "
les 12 et 13 décembre




Vasantha Yogananthane - Séminaire photographique
jeudi 19 novembre à 18h
à la Maison du geste et de l'image (Paris)

en savoir plus


Introduction n5 au colloque Roland Barthes
mardi 17 novembre à 20h30

Les Amis du Point du Jour vous convient, pour cette cinquième rencontre en amont du colloque, à un débat autour d'entretiens de Roland Barthes et à la présentation du colloque.
Consacré à Roland Barthes et la photographie, il aura lieu les 12 et 13 décembre 2015 au Point du Jour.


Musiques Minuscules
par Guigou Chenevier ( Vialka / Mutant Maha )
Concert proposé par l'asso c
samedi 14 novembre à 14h et 18h30

Figure légendaire du rock progressiste d'inspiration dadaïste, Guigou Chenevier, tout à la fois percussionniste, homme-orchestre, poète, comédien et compositeur, nous invite à une exploration sonore minutieuse et enchantée du monde de l'infime. Convoquant Duchamp, Swift, l'art brut et les machines mobiles de Tinguely, ce projet aux confins de l'installation expérimentale contemporaine et du happening déjanté, nous reconnecte à l'enfance et entrouvre les champs infinis de l'imagination.
Autour d'un tapis vert jonché de jouets, assis sur de petits bancs, les enfants mais aussi les grands, regardent avec envie ce bric à brac inouï...
Tous publics à partir de 4 ans
Réservations obligatoires :
cminuscule@gmail.com ou au 06 83 53 51 54
Prix : 5 €



AUTOUR D'UGO MULAS
Mois du film documentaire
7 et 8 novembre 2015

Dans le cadre du Mois du film documentaire, la bibliothèque Jacques-Prévert propose, en partenariat avec Le Point du Jour, une programmation de films en écho à l'exposition et au livre La Photographie d'Ugo Mulas.
Dans les années 1960-1970, Ugo Mulas (1928-1973) a photographié de nombreux artistes. Les films éclairent le travail de certains d'entre eux (Calder, Duchamp, Kounellis, Lichtenstein, Rauschenberg et Warhol).

Samedi 7 novembre

16h
La Magie Calder de Carlos Vilardebo (1961-1974, 65 min.)
Trois documentaires en forme de portrait d'Alexander Calder.
Dans Le Cirque de Calder (30 min.), l'artiste donne vie avec des bouts
de ficelles, humour et poésie aux personnages traditionnels des arts de la piste.
Dans Les Mobiles de Calder (18 min.), il commente la fabrication des mobiles
en privilégiant le mouvement de ces sculptures métalliques et vertébrées.
Les peintures à un aspect moins connu du travail de Calder à sont présentées dans Les Gouaches de Sandy (17 min.).

17h15
Kounellis in Mexico de Heinz Peter Schwerfel (2000, 26 min.)
En janvier 2000, Jannis Kounellis, inventeur de l'Arte Povera, remplit
une cathédrale de Mexico City de ses œuvres.
Kounellis, Fragments de journal intime de Heinz Peter Schwerfel
(1997, 47 min.). Filmées pour l'essentiel en Grèce, au Pirée, lors d'une exposition rétrospective à bord d'un cargo, des détails ou vues d'ensemble des œuvres de Kounellis alternent avec des scènes quotidiennes (marchés, cafés, épiceries).

20h30
Award Presentation to Andy Warhol de Jonas Mekas (1964, 12 min.)
Anthropological Sketches: Friendships and Intersections. Scenes
from the Life of Andy Warhol
de Jonas Mekas (1963-1990, 35 min.)
Andy Warhol's Silver Flotations de Willard Maas (1964, 4 min.)
Andy Warhol de Marie Menken (1965, 18 min.)
Des scènes de la vie d'Andy Warhol, vues par trois cinéastes, pionniers de
l'avant-garde et amis proches de l'artiste pop. Jonas Mekas est la grande figure
du cinéma expérimental new-yorkais. Dans Award Presentation, Warhol reçoit
le prix Film Culture. Scenes from the Life of Andy Warhol enregistrent la vie
collective qui palpitait autour de lui, aux rythmes hypnotiques du Velvet Underground. Les deux autres films sont respectivement l'œuvre du couple d'artistes Willard Maas et Marie Menken qui étaient, pour Warhol, les derniers grands bohémiens .


Dimanche 8 novembre

15h
Rauschenberg, fragments d'un portrait d'André S. Labarthe (1971, 25 min.)
Au croisement du pop art et de l'expressionnisme abstrait, Robert Rauschenberg  a traversé le seconde partie du XXe siècle. Au lendemain du conflit mondial, il quitte l'armée pour étudier dans une école d'art...

15h30
Roy Lichtenstein, New York doesn't exist d'André S. Labarthe (1995, 54 min.)
Ce film réunit deux entretiens avec Lichtenstein : l'un en 1972 dans son atelier de Long Island, l'autre en 1988 dans son atelier de New York. La critique d'art Annette Michelson, qui dirigeait la revue Art Forum en 1972, retrouve Lichtenstein seize ans plus tard. Parlant de son travail, l'artiste évoque  la bande dessinée, la peinture cubiste ou encore le Musée imaginaire.

16h45
Marcel Duchamp iconoclaste et inoxydable de Fabrice Maze (2009, 180 min.)
Ce film deviendra la grande référence pour celles et ceux qui (re)croiseront la route de Marcel Duchamp. Avec subtilité, Fabrice Maze nous présente Marcel Duchamp sous un jour nouveau. Il écarte l'image de l'intellectuel froid, rigide, individualiste pour nous faire découvrir un homme d'une grande simplicité, d'une sensibilité voilée par la pudeur, qui a fait de sa vie une œuvre d'art.

entrée libre
imprimer le programme





Ugo Mulas
La Photographie

Vernissage le samedi 17 octobre à 18h
Rencontre avec Giuliano Sergio, historien de l'art
et commissaire associé de l'exposition
le dimanche 18 octobre à 11h

Présentation aux enseignants
le mercredi 4 novembre de 14h à 16h



George Dupin
L'invention de la Hougue


Exposition du 24 juillet au 30 septembre
Vernissage le vendredi 24 juillet à 14h
Chapelle de l'île de Tatihou
Saint-Vaast-La-Hougue (50)


Depuis octobre 2013, à l'invitation du Point du Jour, George Dupin est accueilli en résidence pour explorer le patrimoine militaire construit par Vauban en 1694, sur la commune de Saint-Vaast-la- Hougue. Ces architectures défensives exceptionnelles font partie d'un ensemble plus vaste, inscrit sous le nom de Réseau Vauban au Patrimoine mondial de l'Unesco.
Le point de départ de la réflexion de cette résidence a été la bataille de la Hougue, qui vit s'opposer en 1692, la flotte française conduite par Tourville et une coalition anglo-néerlandaise au large de Saint-Vaast-la-Hougue. Une dizaine de navires français disparut dans les affrontements. Depuis plus de trois siècles, la population locale, principalement des pêcheurs et des ostréiculteurs, amasse au gré du temps et des générations, les vestiges de cette bataille, constitués d'éléments aussi divers que du mobilier, de la vaisselle et bien sûr du matériel militaire.
Partant du constat que beaucoup de familles possédaient une partie de la bataille, George Dupin a lancé un appel à la population, afin de numériser ces objets et de créer un musée de la bataille imaginaire. À partir de l'enregistrement de cette collecte anonyme, une série de transformations s'est mise en place, mettant en jeu la confrontation des différents modes de représentation, mêlant techniques modernes et pratiques ancestrales de la photographie. L'exposition présente le travail en cours soit trois étapes des six prévues dans le processus final. Sur un large plan horizontal, occupant l'espace de la chapelle, sont exposées vingt-quatre pièces.
La résidence de George Dupin est financée par l'État (Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie) et s'inscrit dans le dispositif Territoires ruraux, Territoires de culture, qui associe le Ministère de la Culture, la commune de Saint-Vaast-la-Hougue et Le Point du Jour.
L'exposition est financée par le Conseil départemental de la Manche.

Pour plus d'informations sur l'accès et les horaires d'ouverture :
Musée Maritime
50550 Saint-Vaast-la-Hougue
02 33 54 33 33 ou 02 33 23 19 92
resa.tatihou@manche.fr
tatihou.manche.fr

Pour le vernissage : embarquement à 14h sur le port de Saint-Vaast-la-Hougue.
Réservation obligatoire au 02 33 54 33



Le plus court chemin
Projection de travaux d'élèves // Atelier de François Potier
vendredi 26 juin à 18h30


Le collège Raymond-Le-Corre d'Équeurdreville-Hainneville et Le Point du Jour sont heureux de présenter les travaux d'élèves réalisés lors d'un atelier mené par François Potier en écho à l'exposition de Roman Signer au Point du Jour.
Plasticien, François Potier réalise des vidéos au gré du hasard et des rencontres, dans un esprit d'improvisation et dans l'immédiateté du quotidien. Il s'intéresse au dialogue qui s'instaure entre le joué et le non joué, le pictural et le cinématographique, le document et la fiction, le social et la métaphysique. Il aime rendre compte de la contingence des êtres et des choses.
Dans le cadre du jumelage d'éducation artistique et culturelle, François Potier a travaillé au printemps 2015 avec deux classes de 4ème et 5ème du collège, en collaboration avec les enseignantes d'arts plastiques et de physique/chimie. Les élèves ont pu expérimenter le médium vidéo lors de la réalisation de petites fictions menées autour d'objets animés, d'expériences physiques et chimiques. lls ont en parallèle participé à un travail collectif mettant en scène des objets de leur quotidien dans le paysage du collège. C'est le montage de ces micro-fictions qui sera projeté.



Astro Black Mythology : Rock My Soul
Conférence de Pierre Deruisseau
lundi 22 juin à 18h30



Ouvrant un manuel de survie, dans la liste des conseils pour s'en sortir, on peut y lire : mettez-vous à chanter. Voyage dans les chants de la tradition sacrée, racines du chant afro-américain, si prenant par son aspect soulfull . Aretha Franklin, Sam Cooke, Ray Charles et même James Brown, tous avant de devenir de grands chanteurs de soul, forgèrent leur voix en chantant le gospel.

Séance d'écoute, méditation sur les pouvoirs du chant, l'exposé vous propose une exploration des negro-spirituals à les chants sacrés des esclaves afro-américains à leur histoire, leurs significations et surtout, leurs puissance de transformation, tant aux niveaux émotionnel, spirituel que politique. L'épisode se termine par une introduction au gospel. Une vingtaine de chants sont écoutés dans le parcours, nombreux sont emblématiques, beaucoup sont troublants, tous d'une grande beauté ; mais si vous le voulez aussi, l'un ou l'autre pourrait, ensemble, être chanté.

Exposé/séance d'écoute de 2 x 1h15
Écoute dans la pénombre et par moment le noir total présentée par Pierre Deruisseau

Pause collation entre les séances.

Prix libre

Proposée par l'Asso c


Vernissage le samedi 20 juin à 18h
// Action de Roman Signer à 19h

Rencontre avec Roman Signer le dimanche 21 juin à 15h



Films truqués surpiqués et lumière bruyante
Performance de cinéma expérimental
dimanche 14 juin à 18h


Une performance où l'image est créée uniquement à l'aide d'une machine à coudre. Du film sans caméra, une expérience autour du support argentique. Ou comment le trou, en mouvement et traversé par la lumière crée de l'image, du son, parle du cinéma et de la lumière bruyante.
Carole Thibaud est projectionniste et cinéaste autodidacte. Son travail est une exploration de l'image à travers ses multiples supports et applications. Elle passe une grande partie de son temps dans le laboratoire de l'association Mire à explorer le champ infini de l'image argentique, qui la passionne. Outre la performance, elle réalise des films expérimentaux, documentaires et musicaux et travaille parfois pour le spectacle vivant. CaroleThibaud
Mariane Moula est plasticienne. Sa recherche est principalement axée sur les formes diverses du dessin, que ce soit sur papier, tissus ou pellicule, à travers l'édition, l'installation ou la performance. Dans Films truqués surpiquées et lumière bruyante, elle a cousu sur le film, manipule les projecteurs et le son. Mariane Moula
en savoir plus
Prix libre
Proposée par l'Asso c


Françoiz Breut
concert

samedi 6 juin à partir de 19h30

A l'initiative de l'association Un soir dans la Manche , Françoiz Breut se produira au Point du Jour, accompagnée de son guitariste Stéphane Daubersy.
Au fil de ses albums et collaborations, Françoiz Breut constitue une discographie marquante dans le paysage musical francophone. Elle revient à Cherbourg pour nous faire partager de sa voix élégante, son univers très personnel emprunt de grâce et de poésie.
Restauration sur place dès 19h30.
Concert à 21h.
Tarifs concert : 8€
5€ pour les adhérents d' Un soir dans la Manche
gratuit pour les moins de 12 ans
Renseignements et réservations : 06 81 65 78 87


Introduction au colloque
Roland Barthes et la photographie 3/3
mardi 2 juin à 19h


En amont du colloque consacré à Roland Barthes et la photographie, les Amis proposent plusieurs rendez-vous autour de cet intellectuel majeur du XXe siècle.
Cette troisième rencontre sera l'occasion de présenter La Chambre claire (1980) et de situer l'ouvrage dans l'ensemble des écrits de Roland Barthes sur l'image. Trois aspects significatifs seront abordés : les questions de méthodologie, avec la remise en cause de la typologie conventionnelle des œuvres photographiques, la dialectique studium-punctum, la dimension autobiographique de l'œuvre notamment dans son rapport avec Journal de deuil (2009).
Ouvert à tous, prix libre
Proposée par les Amis du Point du Jour



Projection/concert
samedi 30 mai


Les veilleuses de chagrin
de Frédérique Odye (2015, 45 min.)
Projection à 19h

Sur les côtes bretonnes, les femmes attendent que leurs hommes rentrent au port. Ces maris absents, parfois disparus à jamais, sont au cœur de toutes les pensées. Cinq femmes de marins témoignent - l'attente, la solitude, la crainte de l'accident, et puis la joie des retrouvailles. Originaire de Cherbourg, Frédérique Odye a toujours côtoyé la poésie du bord de mer autant que ses inquiétudes. Entre scènes du quotidien, témoignages face caméra et paysages naturels, la cinéaste nous plonge dans la vie de ces femmes avec justesse et sensibilité. Entre silences et musiques mélancoliques signées Matt Elliott, elle livre un documentaire fort et poétique. Les Veilleuses de chagrin est le second film de Frédérique Odye après La mer qui les voit danser (2007). En présence de Frédérique Odye

Matt Elliott
concert à
21h
Dix ans se sont écoulés depuis que Matt Elliott a décidé d'écrire sous son propre nom, abandonnant alors le pseudo de The Third Eye Foundation sous lequel il a fait les beaux jours de la scène drum & bass anglaise. Dix ans déjà, durant les lesquels Matt n'a cessé de développer son univers, d'expérimenter, d'évoluer.
En cinq albums, de l'inaugural The Mess We Made au minimaliste The Broken Man en passant par l'imposante trilogie Songs, Matt a prouvé qu'il possédait une personnalité extrêmement forte et une sensibilité exacerbée. Son dernier opus Only Myocardial Infarction Can Break Your Heart semble être l'œuvre de la reconstruction, moins sombre qu'à l'accoutumé, où la mélancolie se transforme en énergie bouillonnante et chaleureuse.
Concert organisé en collaboration avec l'asso c
Prix libre

Conférence
Michel Poivert
vendredi 29 mai à 16h

Le Festival du livre de jeunesse invite Michel Poivert à présenter Histoires de la photographie (Le Point du Jour, 2014), premier livre expliquant la photographie aux enfants en six thèmes clés et près de cent illustrations.
Comment est née la photographie ? Quelles en ont été les grandes évolutions ? Comment fut-elle utilisée dans les sciences, la presse, l'art ? Voici quelques-unes des questions qu'aborde ce livre destiné aux enfants à partir de huit ans.
Le Festival du livre de jeunesse et de la bande-dessinée de Cherbourg-Octeville se déroule du 28 au 31 mai.
Village de chapiteaux
plage verte, Cherbourg-Octeville
Entrée libre



Cherbourg sur le divan
mercredi 20 mai à 20h30

L'Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine (ANPU) s'est donné pour mission de coucher les villes sur le divan, de détecter les névroses urbaines et de proposer des solutions thérapeutiques adéquates. Une enquête de fond a commencé à Cherbourg-Octeville en juin 2014. Il s'agissait alors de poser les premiers jalons d'une méthode d'investigation qui a déjà fait ses preuves. La seconde phase des travaux couvre la saison 2014/2015, dans un contexte de renouvellement urbain fortement engagé. Poétique et scientifique, l'Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine propose de dessiner l'inconnu : la forme d'une ville, la nôtre.
Spectacle proposé dans le cadre de la programmation de la scène nationale de Cherbourg-Octeville.


Introduction au colloque
Roland Barthes et la photographie 2/3
mardi 5 et 12 mai à 19h

Les Amis du Point du Jour vous invitent à assister la présentation de l'œuvre et de l'itinéraire de Roland Barthes. Cette rencontre sera ponctuée de lectures donnant à entendre la voix d'un intellectuel qui fut, avant tout, un écrivain.

En amont du colloque consacré à Roland Barthes et la photographie, les Amis proposent plusieurs rendez-vous autour de cet intellectuel majeur du XXe siècle.

Ouvert à tous, prix libre
Proposée par les Amis du Point du Jour


Invitation

Entre fictions et réalités
Laurent Thurin-Nal
rencontre 
mercredi 29 avril à 18h


La philosophe Fleur Courtois-l'Heureux et le photographe Laurent Thurin-Nal viennent de mener à Caen et à Cherbourg un projet intitulé : Que peut une pluie ? Enquête sur les affects de la pluie . Cette résidence s'inscrit dans le cadre du Laboratoire de l'art & de l'eau, unité de recherche de l'École supérieure d'arts & médias de Caen/Cherbourg.

En écho aux installations, issues de la résidence, visibles sur les deux sites de l'ésam, Le Point du Jour propose une rencontre avec Laurent Thurin-Nal. Il y présentera notamment le film Yalniz (2011) ainsi que Ces nuits, ces jours (2010-2015) et Possibles fantômes (2014-2015), deux séries d'images entre photographie et cinéma, fiction et réalité.

Entrée libre


L'averse était presque parfaite

Installations de Laurent Thurin-Nal

Du 29 avril au 29 mai 2015

École supérieure d'arts & médias de Caen/Cherbourg

Vernissages

Mardi 28 avril à 18h, site de Caen (Atrium)

17 cours Caffarelli 14000 Caen

Mercredi 29 avril à 12h30, site de Cherbourg (Bâtiment A)

61 rue de l'Abbaye 50100 Cherbourg-Octeville

Entrée libre



Proposés par l'asso c


Thollem McDonas (USA) Quarto Mité (USA/Belgique)
vendredi 17 avril à 20h
concert


Le pianiste virtuose est de retour à Cherbourg pour un set inédit à 4 mains avec McLoud (Le Ton Mité) et un final intitulé Thollem Electric's Howled Ground.

Thollem McDonas, pianiste/compositeur/improvisateur

mêle des influences diverses, du free jazz au classique, en passant par la musique expérimentale et le punk rock.

Quarto Mité réunit des membres du Ton Mité. Hans Bloemmen, Rutger de Brabander, Marc Melià & McCloud Zicmuse improvisent des compositions au basson, saxophone et clarinette alto.

L'Asso c :

En savoir plus sur les concerts


Tara Transitory aka One Man Nation (Singapour)
lundi 13 avril à 20h

présentation suivie d'une performance électro

Tara Transitory aka One Man Nation est une musicienne expérimentale originaire de Singapour. Trans et nomade, elle investit le domaine des interactions entre genre, noise et rituels mais continue aussi un projet de recherche de fond sur l'histoire transgenre en Asie du Sud-Est. Elle en profite pour organiser des happenings éphémères avec les compagnons de route rencontrés lors de ses recherches. Elle passe son temps entre l'Asie et l'Europe, où elle codirige l'International //gender|o|noise Underground avec Miriam de Saxe, et organise des soirées trans*queer, les Translæctica parties.

La présentation de son travail sera suivie d'une performance électro.



Dogbowl (USA)
Ultra Kabron (Cherbourg)
vendredi 10 avril à 20h
concert


On attend depuis longtemps la suite des aventures musicales du new-yorkais culte, écrivain, peintre et songwriter Stephen Tunney aka Dogbowl.
Dans son excellent dernier album Zone of Blue qui sort en avril sur le label belge 62 TV records, il y combine les différents aspects de son inépuisable créativité : ses paroles inventives et poétiques et, bien sûr, son talent pour les mélodies délicieuses.

Soirée folle en perspective suivie de l'incroyable Ultra Kabron de retour avec un nouveau projet Electro Noise with Colors.




En partenariat avec le Trident et la Bibliothèque Jacques-Prévert.

Projection

Paris, roman d'une ville de Stan Neuman (1991, 48 min.)
samedi 4 avril à 15h


C'est au XIXème siècle que fut inventé le Paris que nous connaissons. Des grands boulevards aux toits de zinc, des appartements bourgeois aux chambres de bonne, Stan Neumann nous propose de réapprendre à voir la première grande ville
moderne.
Projection proposée à l'occasion du spectacle Paris nous appartient au Trident


À l'occasion de Femmes dans la Ville

A Living Man Declared Dead and Other Chapters I - XVIII

Visite de l'exposition
vendredi 6 mars à 14h30


Hystérique ? Et alors !
Conférence
Jean-Marie Fossey
vendredi 6 mars à 18h

Jean-Marie Fossey est psychologue et psychanalyste. Que sont devenues les hystériques d'antan, celles dont les surréalistes voyaient à travers leurs comportements une expression poétique. L'hystérie disparaît des manuels de classification de la psychiatrie, mais n'est-ce pas pour mieux revenir sous le masque d'autres formes de la souffrance psychique ? D'Hippocrate en passant par Charcot, Freud et quelques autres, cette causerie se propose, à partir de textes et d'extraits de films, d'esquisser une lecture de cette question : Qu'est-ce que l'hystérie ?


Regards sur la ville
Exposition jusqu'au 16 mars

Maison Olympe-de-Gouges // Maison Flora-Tristan

Proposée à la suite de l'atelier mené par Claire Soton, en partenariat avec Le Point du Jour.  Sur le thème Regards sur la ville , la photographe Claire Soton a animé au printemps 2014 un atelier photographique auprès d'un groupe d'adultes. Les participants ont exploré lors de balades photographiques, trois quartiers de la ville, Les Provinces, Les Fourches et le quartier du sud-est. L'exposition réunit une sélection de leurs photographies présentées à la Maison Olympe-de-Gouges et en extérieur à la Maison Flora-Tristan.

Maison Olympe-de-Gouges

Rue de l'Île de France

50100 Cherbourg-Octeville

Maison Flora-Tristan

33 rue de Bougainville

50130 Cherbourg-Octeville




À l'occasion de l'exposition A Living Man Declared Dead and Others Chapters I-XVIII
Taryn Simon


Rencontre avec Taryn Simon
dimanche 1er mars à 11h



Proposé par l'assoc c

Concert
Samedi 7 février à 19h30

Julien Gasc fait peut être partie de ces dandys qui transforment la réalité en quelque chose de moins pathétique. Il conserve une part de mélancolie mais aussi un regard rieur, du recul et de l'autodérision vis-à-vis de l'absurdité de notre condition. Être dandy, ça peut aussi vouloir dire ne jamais se répéter, être en perpétuel renouveau, trouver de nouvelles influences en soi-même, revisiter son intérieur, son musée intérieur, se redécouvrir et savoir se mettre en danger.
C'est exactement ce que Julien Gasc entreprend dans sa musique.
écouter
Un homme qui chante ses chansons... françaises. Stéphane Massy & les Princes du Paradis est le nouveau groupe de Tante Hortense, soigneusement élaboré, optimisé afin que ses qualités sonores, symboliques et visuelles puissent conquérir le cœur des hommes et des femmes pour l'amour de qui Stéphane fait depuis maintenant quinze ans tous ces textes et toutes ces musiques.

écouter
Les tapas sont une spécialité d'Omonville-La-Rogue (50). Après avoir légèrement toasté une fine tranche de pain de campagne, vous la frotterez avec de l'ail. Vous y déposerez ensuite quelques bigorneaux que vous arroserez d'une vinaigrette à base de gelée de coscoll (à défaut prenez du miel mais ce sera moins bon). Servez avec un pommeau sec.



À l'occasion de l'exposition Ed van der Elsken, Imprimés

Journée d'études
Vendredi 30 janvier 2015 à partir de 13h

En partenariat avec l'École européenne supérieure d'art de Bretagne, cette journée d'études est consacrée aux publications d'Ed van der Elsken.


13h : Visite de l'exposition
George Dupin et Kévin Donnot, enseignants à l'École européenne supérieure d'art de Bretagne (site de Rennes) et des étudiants de l'option design graphique.

14h : Introduction
George Dupin et Kévin Donnot.

14h30 : Ed van der Elsken et le livre de photographie néerlandais Frits Gierstberg
Historien et critique d'art, Frits Gierstberg est responsable des expositions au Nederlands Fotomuseum de Rotterdam. Il est notamment co-auteur de Dutch Eyes. A Critical History of Photography in the Netherlands (Hatje Cantz, 2007) et de Dutch photobook since 1945 (Aperture, 2012). Il a enfin dirigé une édition critique de Sweet Life de Ed van der Elsken, dans la série Books on Books (Errata, 2012).

15h30 : Rééditer et exposer Love on the Left Bank Markus Schaden
Markus Schaden a créé la librairie et les éditions Schaden (Cologne), spécialisées en photographie. Il a notamment publié la réédition de Love on the Left Bank, accompagné d'un volume de documents. Rédacteur pour le magazine de photographie néerlandais Foam et enseignant à la Kunsthochschule für Medien de Cologne, il développe actuellement le projet PhotoBook Museum.

16h30 : Ed van der Elsken et Guy Debord : les usages de la photographie Emmanuel Guy
Emmanuel Guy est l'auteur d'une thèse en Littérature comparée et en Histoire de l'art sur Guy Debord et la stratégie. Co-commissaire de l'exposition Guy Debord. Un art de la guerre à la Bibliothèque nationale de France, il y a présenté un diaporama de photographies d'Ed van der Elsken (cat. exp, BnF/Gallimard, 2013). Il a également publié deux ouvrages consacrés au cinéma de Guy Debord, La Fabrique du cinéma de Guy Debord (Actes Sud, 2013) et Guy Debord Undercover (Artvenir, 2013).
Emmanuel Guy est professeur d'Histoire de l'art, Théorie de l'art et du Design à Parsons Paris The New School.

17h30-17h45 : Pause
17h45 : Projections

Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps
de Guy Debord (1959, France, 18 min.)
Guy Debord évoque ici le milieu qu'il fréquenta à Saint-Germain-des-Prés dans les années 1950 et où s'inventa l'Internationale situationniste. On y retrouve l'atmosphère des rues et des cafés photographiés par Van der Elsken dans Love on the Left Bank (1956). Débutant comme un documentaire élégamment mélancolique, le film s'avère finalement une critique acerbe du cinéma et de la société dont il est l'image.

Bienvenue dans la vie, mon tout petit de Ed van der Elsken (1963, 36 min., vostf)
Dans l'esprit du cinéma direct du début des années 1960, Ed van der Elsken filme caméra à l'épaule sa vie et celle de sa famille, notamment dans le quartier populaire du Nieuwmarktbuurt à Amsterdam. Tourné en partie durant la grossesse de sa femme Gerda, Bienvenue dans la vie, mon tout petit s'achève sur les premières images de leur second fils, Daan.

18h45 : Débat et conclusion




À l'occasion des fêtes de fin d'année :

Vente exceptionnelle
Samedi 20 décembre de 14h à 19h

Cette vente sera l'occasion de vous procurer des livres édités par Le Point du Jour, avec jusqu'à 50% de remise sur certains ouvrages anciens.
Cette année, Le Point du Jour invite La Moulinette, collectif cherbourgeois de graphistes/créateurs/artistes/stylistes pour une exposition/vente de leurs créations.

la moulinette

Entrée libre
Avec le soutien des Amis du Point du Jour.
Les livres du Point Jour sont également disponibles chez tous les bons libraires.



À l'occasion de l'exposition Ed van der Elsken, Imprimés

Dans le cadre du Mois du film documentaire
En partenariat avec la Bibliothèque Jacques-Prévert
Programmation de films
Samedi 29 et dimanche 30 novembre

Photographe et cinéaste, Ed van der Elsken (1925-1990) est l'auteur de nombreux livres dont l'exposition met en scène les plus remarquables. De Love on the Left Bank (1956), roman-photo noir et blanc dans le Paris d'après-guerre, à Hallo! (1978), confrontation d'images couleur prises au fil du temps, chacun revêt une forme singulière. Ils manifestent une intensité qui fut celle de la vie de Van der Elsken, voyageur au long cours et inlassable arpenteur des rues d'Amsterdam. La programmation de films met en relation cinq œuvres de Ed van Elsken et celles d'autres cinéastes.

Projections sur grand écran dans la salle d'exposition du Point du Jour. Entrée libre.
Attention l'exposition ne sera pas accessible pendant les projections.

Samedi 29 novembre

14h : Long vie à moi ! de Han Hogeland (1996, 11 min., vost anglais)
Ce portrait, réalisé par un proche de Ed van der Elsken, raconte avec empathie sa vie et son travail, à travers un montage de photographies et d'extraits de films.

14h15 : Un photographe filme Amsterdam de Ed van der Elsken (1982, 57 min., vostf)
Durant tout un été, Ed van der Elsken parcourt sa ville natale. Comme dans les nombreux photographies et films qu'il lui a consacrées, il s'intéresse surtout à la vie de la rue et à ceux qui en font la diversité. Un photographe filme Amsterdam illustre autant la particularité de la ville que la relation de Van der Elsken avec elle.

15h30 : Amsterdam Global Village de Johan van der Keuken (1996, 228 min., vostf)
Le film est une fresque éclatée dédiée aux habitants et à la ville d'Amsterdam, où Johan van der Keuken a passé une bonne partie de son existence. Amsterdam Global Village montre les différents mondes qui forment cette petite capitale, avec le désir de redécouvrir le familier comme d'explorer l'inconnu.

20h30 : Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps de Guy Debord (1959, 18 min.)
Guy Debord évoque ici le milieu qu'il fréquenta à Saint-Germain-des-Prés dans les années 1950 et où s'inventa l'Internationale situationniste. On y retrouve l'atmosphère des rues et des cafés photographiés par Van der Elsken dans Love on the Left Bank (1956). Débutant comme un documentaire élégamment mélancolique, le film s'avère finalement une critique acerbe du cinéma et de la société dont il est l'image.

21h : La Chasse au lion à l'arc de Jean Rouch (1965, 77 min.)
À la frontière du Niger et du Mali, Jean Rouch suit de 1957 à 1964 les chasseurs Gao auxquels les bergers Peul font appel pour chasser le lion selon des rites ancestraux. Faisant écho au livre Bagara (1958) dans lequel Van der Elsken photographie la vie des villages et un safari en Afrique centrale, cette enquête ethnographique laisse place à la voix propre du cinéaste et à une forme de fiction.

22h30 : Big Ben de Johan van der Keuken (1967, 31 min., vostf)
Johan van der Keuken filme le saxophoniste Ben Webster, alors installé à Amsterdam. Comme d'autres grands jazzmen afro-américains venus donner des concerts aux Pays-Bas, il apparaissait dans le livre Jazz publié en 1959 par Ed van der Elsken. Série d'esquisses plus que portrait, Big Ben met en scène la vie quotidienne d'un musicien en exil.


Dimanche 30 novembre

14h : Bienvenue dans la vie, mon tout petit de Ed van der Elsken (1963, 31 min., vostf)
Dans l'esprit du cinéma direct du début des années 1960, Ed van der Elsken filme caméra à l'épaule sa vie et celle de sa famille, notamment dans le quartier populaire du Nieuwmarktbuurt à Amsterdam. Tourné en partie durant la grossesse de sa femme Gerda, Bienvenue dans la vie, mon tout petit s'achève sur les premières images de leur second fils, Daan.

15h : La Caméra amoureuse de Ed van der Elsken (1971, 37 min., vostf)
La Caméra amoureuse est un autoportrait du photographe-cinéaste au travail, réalisé en collaboration avec Gerda van der Elsken. Le film raconte quelques-uns de ses reportages pour la presse, comme les projets plus personnels qu'il mena parallèlement.

16h : Bienvenue dans la vie, mon tout petit, bis de Ed van der Elsken (1981, 39 min., vostf)
Dix-huit ans après la naissance de son fils Daan, Ed van der Elsken lui consacre ce portrait. Le jeune homme, passionné de musique, a des difficultés à l'école et cherche sa voie. Le film montre aussi les changements qu'a connus la famille (Ed et Gerda sont séparés, leur fille travaille dans le théâtre), le quartier du Nieuwmarkbuurt et, finalement, la société tout entière.

17h : Bye de Ed van der Elsken (1990, 107 min., vost anglais)
En 1988, Ed van der Elsken apprend qu'il est malade du cancer. Bye est le récit des deux dernières années de sa vie durant desquelles il s'efforce de continuer à travailler et à vivre avec le soutien de sa femme Anneke. Sans masquer la souffrance et le désespoir, le film se termine par un plan face caméra du cinéaste enjoignant à chacun de montrer au monde qui il est .

19h15 : Long vie à moi ! de Han Hogeland (1996, 11 min., vost anglais)
Ce portrait, réalisé par un proche de Ed van der Elsken, raconte avec empathie sa vie et son travail, à travers un montage de photographies et d'extraits de films.

20h : Vacances prolongées de Johan van der Keuken (2000, 142 min., vostf)
Atteint d'un cancer en voie de généralisation, Johan van der Keuken sait qu'il n'a que peu de mois devant lui. Avec son femme Noshka, il décide de consacrer ce temps précieux à la découverte, une fois encore, du monde et de lui-même. Vacances prolongées décrit moins l'approche de la mort que, à travers le cinéma, la permanence de la vie.



À l'occasion de la parution de " La Peinture photogénique"

Lecture de Georges Lavaudant
suivie d'une rencontre avec Gérard Fromanger et Éric de Chassey
mercredi 26
novembre à 19h

Michel Foucault écrit La Peinture photogénique en 1975 pour le catalogue de Gérard Fromanger Le désir est partout. Il y redécouvre une période méconnue de l'histoire de la photographie, quand à la fin du XIXe siècle des photographes mêlent les médiums et les registres en toute liberté. À partir de ces images androgynes , il aborde les relations entre photographie et peinture chez Gérard Fromanger. Trente ans après la mort de Foucault, cette nouvelle édition rappelle qu'il fut aussi un formidable lecteur d'images.

Gérard Fromanger est connu comme un des représentants majeurs de la figuration narrative. Son œuvre a fait l'objet de nombreuses expositions à travers le monde. Docteur en histoire de l'art, Éric de Chassey est directeur de la Villa Médicis à Rome. Il a notamment publié Platitudes, une histoire de la photographie plate (Gallimard, 2006).

Maison de la Poésie
Passage Molière à 157, rue Saint-Martin 75003 Paris
Renseignements : 01 44 54 53 00


À l'occasion de la parution de " Hstoires de la photographie"

Rencontre avec Julie Jones et Michel Poivert
Vendredi 28 novembre à 17h

Dans les journaux, sur Internet, sur nos téléphones... la photographie fait partie de notre vie quotidienne. Inventée il y a presque deux cents ans, elle a déjà une longue histoire, et même plusieurs si l'on pense à ce qu'elle a apporté à la découverte du monde, aux sciences, à l'art ! Enregistrer, Créer, Réinventer, Informer, Observer, Rassembler : en six chapitres, accompagnés d'images d'hier et d'aujourd'hui, ce livre raconte quelques-unes de ces histoires. Destiné aux enfants à partir de huit ans, il vient d'être présélectionné par le Salon du livre de jeunesse de Montreuil pour le Prix Pépites à livres d'art.

Julie Jones est attachée de conservation au Centre Pompidou et enseigne l'histoire de la photographie à l'École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris. Michel Poivert est professeur d'histoire de l'art à l'université Paris I. Il a écrit plusieurs livres sur la photographie dont La Photographie contemporaine (Flammarion, 2009).

Maison du geste et de l'image
42, rue Saint-Denis 75001 Paris
Renseignements : 01 42 36 33 52



À l'occasion de l'exposition Ed van der Elsken, Imprimés

Rencontre dimanche 2 novembre à 15h
avec les étudiants, Kévin Donnot et George Dupin



Proposé par l'asso c

In the spirit, we('re) play(ed)
Conférence de Pierre Deruisseau

samedi 15 novembre à 17h30

Parcourant le spiritual jazz des années 1960-1970, une expérience intime se dévoile dans le jeu musical : to play in the spirit . Mais à quoi renvoie donc cette expression ? Quels liens entretiennent esprit(s) et musique ? Et les étoiles là-dedans ? Abordant de nombreux mythes liés à ces trois éléments (qu'ils soient africains, grecs, bibliques ou même sumériens à notre plus vieille histoire humaine écrite), mettant en résonance des pratiques africaines avec ce jazz des Amériques, le spiritual jazz approfondit en musique notre lien au cosmos, et ce que peut être notre source d'inspiration .
http://www.astrophonie.net
À l'occasion de l'exposition " L'État des lieux " de Christophe Bouguedieu


Projection
Les Rendez-vous d'Anna

de Chantal Akerman (1978, 122 min.)
Vendredi 26 septembre à 19h
avec Aurore Clément, Helmut Griem, Magali Noël, Lea Massari et Jean-Pierre Cassel

Anna est une jeune cinéaste belge installée à Paris. Au cours d'un voyage en Allemagne pour présenter un film, elle rencontre par hasard deux hommes et la mère d'un ancien fiancé, puis revoit sa propre mère à Bruxelles avant de retrouver son amant parisien. Ces rendez-vous, qui sont autant de portraits, se déroulent dans des lieux de passage (trains, chambres d'hôtel...). De retour chez elle, Anna écoute les messages laissés sur son répondeur. Ce film de la solitude ordinaire est de bout en bout porté par des cadrages et des lumières d'une beauté fantastique.
La projection sera suivie d'une discussion avec Christophe Bourguedieu qui a choisi de présenter Les Rendez-vous d'Anna en écho à l'exposition.


Rencontre avec Christophe Bourguedieu
Samedi 13 septembre à 18h

Christophe Bourguedieu présentera un choix d'images plus large parmi les ensembles exposés ainsi que d'autres de ses travaux. Il évoquera la manière dont chaque projet s'élabore, les attentes et les hasards sur lesquels il se fonde, les impasses et, inversement, les possibilités qu'il révèle jusqu'à trouver une forme dans une exposition ou un livre. Les références, dont il s'agit aussi de s'écarter, le choix des images et leurs relations, telles seront quelques-unes des questions abordées lors cette rencontre.


Rencontre avec Christophe Bourguedieu
Dimanche 22 juin à 15h


Concert proposé par l'assoc c et Trinity

Opera Multi Steel
Cheval scintillantes
mix
Samedi 5 juillet à 20h
Concert exceptionnel de Opéra Multi Steel (coldwave, minimal-wave, médieval-Bourges) à l'occasion de la parution de leur nouvel album "Apparences de l'invisible" sur Meidosem Rds/Trinity. Ils joueront ces nouveaux titres ainsi que des classiques de leur discographie. Écouter Cheval Scintillantes (dreamy, musique de chambre, hazy-Cherbourg). Écouter



Concert proposé par Le Point du Jour et Le Transat
pour le dernier week-end de l'exposition " Natifs de Bada "

Brésil imprévu
Samedi 7 juin à 21h


Préparez vos gambettes, Brésil Imprévu va vous faire voir du pays... Emmené par Olavo Vianna à la guitare et au chant, ce quintet à cordes et percus en fait des quintaux question cadences. Entre forro swinguant à souhait, bossas chaloupées et sambas effrénées, Brésil Imprévu balaie le large spectre de la musique brésilienne pour en livrer une quintessence parisienne et décontractée, capable d'inscrire un sourire d'extase sur le visage de marbre le plus réticent !

Écouter

Bar Le Transat
32, rue Alfred Rossel
50100 Cherbourg-Octeville


À l'occasion de l'exposition "Natifs de Bada"

Rencontre avec Lila Belkacem
Mardi 3 juin à 18h30



Lila Belkacem travaille sur les rapports au pays d'origine des migrants et de leurs descendants. Elle a d'abord étudié le rôle de migrants maliens dans le développement de leur région natale et leur participation aux politiques françaises de codéveloppement. Dans le cadre de sa thèse, elle s'est ensuite intéressée à la place de filles et de fils d'immigrants ici et là-bas . Intitulé L' enfant perdu et le pays d'origine . Expériences migratoires de descendants d'immigrants ouest-africains en région parisienne, ce travail se fonde sur cinq enquêtes ethnographiques. En écho à l'exposition Natifs de Bada , elle dialoguera lors de cette rencontre avec Anissa Michalon et Claire Soton.
Lila Belkacem est docteure en sociologie de l'École des hautes études en sciences sociales et chercheuse associée à l'Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux. Elle a fondé et anime l'Atelier Migrations, groupe interdisciplinaire de jeunes chercheurs travaillant sur cette thématique.



Concert proposé par l'asso c

The enchanted wood Georgio 'the dove' Valentino
Samedi 31 mai à 20h


Inspiré par la littérature comme par le cinéma, The Enchanted Wood, crée par le curieux et prêt à tout M. Le Faou, propose une ambiance surannée et cotonneuse, digne de vos plus belles angoisses...Des invités surprenants, des collaborations audacieuses renouvellent les écoutes, sans jamais lasser !
Georgio 'the dove' Valentino nous emmène dans un univers où la poésie côtoie la musique, sous un angle cinématographique à la Tim Burton. Le timbre narratif et doux de Georgio 'the dove' Valentino crée l'ambiance romantique. Les intonations oscillent entre David Bowie (lorsqu'il était encore habité par ses personnages) et Nick Cave.

Prix libre


À l'occasion de l'exposition "Natifs de Bada" et de la Nuit européenne des musées 2014


Projection
Samedi 17 mai à 19h30
Films de Mati Diop


Atlantiques (2009, 16 min.)
À la nuit tombée, autour d'un feu, Serigne, jeune dakarois d'une vingtaine d'années, raconte à deux amis son odyssée clandestine, récit épique de la traversée de l'Atlantique.

Mille Soleils (2013, 45 min.)
En 1972, Djibril Diop Mambety, oncle de Mati Diop, tourne Touki Bouki. Mory et Anta partagent le même rêve, quitter Dakar pour Paris. Quarante ans plus tard, Mille Soleils revient sur cette histoire. Magaye Niang, le héros du film, n'a jamais quitté Dakar. Et aujourd'hui, le vieux cowboy se demande où est passée Anta, son amour de jeunesse.

Mati Diop est actrice et réalisatrice. Elle vit à Paris. Atlantiques a été distingué en 2010 par une mention spéciale au festival Cinéma du réel (Paris). Mille Soleils, qui sort actuellement en salles, a reçu en 2013 le Grand Prix de la compétition internationale au Festival international du film (Marseille).

Pour la Nuit européenne des musées, l'exposition "Natifs de Bada" sera exceptionnellement ouverte jusqu'à 22h le samedi 17 mai.


Dans le cadre des invitations du Point du Jour à des artistes
et lieux d'art installés en Normandie


Rencontre avec Claire Tangy
Directrice de l'Artothèque, Espaces d'art contemporain, Caen

mardi 15 avril à 18h30

La collection de L'Artothèque, Espaces d'art contemporain, installée au Palais Ducal depuis septembre 2013, compte aujourd'hui plus de 2400 oeuvres représentatives de la création contemporaine régionale, nationale et internationale de la fin des années 1950 à nos jours. Par un système de prêt semblable à celui d'une bibliothèque, ces œuvres circulent au quotidien chez les uns et les autres, dans les maisons, les bureaux, les écoles, les entreprises ou les hôpitaux, sa vocation se situant en effet plutôt du côté du mouvement et de la vie que du côté du patrimoine.
Soutien à la création contemporaine, diffusion et sensibilisation des publics conduisent L'Artothèque, Espaces d'art contemporain à proposer, depuis sa création en 1986, des activités variées : programmation d'expositions monographiques dans et hors les murs, édition de catalogues et d'œuvres multiples, centre de ressources, organisation de rencontres, de conférences, d'événements artistiques, actions de formation, etc.


À l'occasion de l'exposition Natifs de Bada,récit d'une émigration malienne


Rencontre avec Anissa Michalon et Claire Soton
le dimanche 23 mars à 15h



Concert proposé par l'asso C

MSHR (Portland)


m88 (Bruxelles)


vendredi 14 mars à 20h



Le duo MSHR improvise avec des instruments électroniques "maison" tout en jouant avec des dispositifs spatiaux et des installations étonnantes qui mêlent lumières et coquillages.
Min est l'auteur de As Far As I Compute, un disque noir qui utilise la vitalité d'un rock sauvage pour se propulser dans les dimensions cosmiques de la musique électronique. En formation live, c'est m88 (ou mim & les vosgiens) emmené par la basse-batterie du très musclé "La Pince" et par la poésie incandescente de Mr Dubuis (claviers, régie). 



Tindersticks Acoustic
samedi 1er février à 21h


Prévente : 20 euros / Sur place : 25 euros
Places limitées
Préventes conseillées

en savoir plus
Tindersticks



À l'occasion de l'exposition et du livre "L'Asile de photographies "


Journée d'études
La psychiatrie aujourd'hui
samedi 25 janvier de 13h30 à 17h30


Depuis 1945, la psychiatrie a beaucoup changé. Témoin des transformations de la société, sa pratique n'a cessé de se modifier : grande loi de sectorisation du début des années 1960, consécutive à une critique du système asilaire ; usage massif des traitements médicamenteux ; développement d'une culture analytique, notamment lacanienne ; arrivée d'une génération de soignants nourris par la contestation de l'autorité et soucieuse de changer le rapport médecin / patients. Cette histoire contemporaine de la psychiatrie est mal connue et la représentation de la santé mentale continue à être l'objet de malentendus, de tensions (comme, très récemment, avec le tournant dit sécuritaire ).
La journée d'études a pour objectif à la fois de rendre compte de quelques-uns de ces événements mais aussi, par un dialogue entre un historien, un observateur du monde de la santé, des soignants et des usagers, de questionner la place de la psychiatrie dans notre société contemporaine. Parler de psychiatrie au singulier a-t-il encore aujourd'hui un sens ? Qu'est-ce qu'un soignant dans le paysage de la prise en charge de la santé mentale en 2014  ? De quelle histoire la pratique de la psychiatrie est-elle l'héritière ? Telles sont quelques-unes des questions qui seront discutées par les intervenants.

Animée par Philippe Artières
avec

Jean-Christophe Coffin est maître de conférences en histoire des sciences à l'université Paris-Descartes et chercheur associé au centre Alexandre-Koyré. Ses travaux portent sur l'histoire de la psychiatrie au XIXe et XXe siècle. Il a notamment publié La Transmission de la folie, 1850-1914 (L'Harmattan, 2003). Il est vice-président de Alter, Société internationale pour l'histoire des infirmités, déficiences, inadaptations, handicaps...
Michel David est psychiatre des hôpitaux. Il exerce à la Fondation Bon-Sauveur de Picauville et au sein du dispositif psychiatrique de la maison d'arrêt de Coutances. Président de l'Association des secteurs de psychiatrie en milieu pénitentiaire, il est l'auteur de nombreux articles sur la psychiatrie en milieu pénitentiaire et l'expertise psychiatrique pénale.
Eric Favereau, grand reporter à Libération, est en charge, depuis près de vingt ans, des sujets Santé . Il est entre autres l'auteur de Le Silence des médecins (Calmann-Lévy, 1994) ou Nos années sida (La Découverte, 2006). Il travaille également au Centre d'éthique clinique de l'hôpital Cochin.
Jean-François Golse est psychiatre. Il fut médecin-chef de secteur de psychiatrie adulte à la Fondation Bon-Sauveur de Picauville entre 1986 et 2012.



À l'occasion de la parution récente du livre "Vernaculaires"

Rencontre avec Clément Chéroux
mardi 14 janvier à 18h30

Librairie Compagnie
58, rue des Écoles
75005 Paris


Autour de l'exposition " Mémoires de centenaires " à la salle des fêtes de Cherbourg-Octeville présentée par l'association Mémoires et Terroirs


Mémoires de centenaires
samedi 11 janvier à 14h30
suivie d'une visite guidée de l'exposition à la salle de fêtes


En présence des collectrices de mémoires, Marie Tassel et Elisabeth Nodinot de l'association Mémoires et Terroirs, et du photographe Thomas Jouanneau.

Initié par l'association Mémoire et Terroirs, Mémoires de centenaires est un projet de collecte mémorielle né d'une volonté de valoriser la parole de 24 centenaires manchois. Leurs souvenirs ont été enregistrés, archivés et mis en scène dans une exposition qui témoigne du siècle qu'ils ont traversé, autour de six thèmes forts : la vie au travail, la vie quotidienne, la vie sociale, les rites de passage et les deux guerres mondiales. En parallèle, les portraits réalisés par le photographe Thomas Jouanneau dévoilent la surprenante vitalité de ces personnes, de 100 ans ou presque, dans leur cadre de vie.
La rencontre au Point du Jour réunit les auteurs du projet, Marie Tassel et Elisabeth Nodinot, collectrices de mémoires de l'association Mémoires et Terroirs, et le photographe Thomas Jouanneau. Elle sera suivie d'une visite de l'exposition "Mémoires de centenaires" à la salle des fêtes de Cherbourg-Octeville jusqu'au 15 janvier. 

Ce projet a été réalisé en partenariat avec le conseil général de la Manche.




À l'occasion de l'exposition et du livre "L'Asile de photographies "

Rencontre à la médiathèque de Picauville
samedi 11 janvier à partir de 16h
En présence de Léon Faligot et Philippe Artières


A l'occasion de l'exposition L'Asile des Photographies, la médiathèque de Picauville
accueille Philippe Artières et Léon Faligot pour nous faire partager la
naissance du partenariat entre la Fondation Bon-Sauveur et Le Point du Jour.
Léon Faligot, infirmier responsable du service audiovisuel, et Nelly Bertot,
responsable des archives, ont été leurs interlocuteurs privilégiés au sein de
l'institution. Ils témoigneront avec Philippe Artières le samedi 11 janvier, à partir
de 16h à la médiathèque.
Une signature du livre L'Asile des Photographies suivra la rencontre.

Médiathèque de Picauville
Place du Général de Gaulle
50360 Picauville
t. 02 33 95 0862


À l'occasion des fêtes de fin d'année

Vente exceptionnelle de livres publiés
par Le Point du Jour
samedi 21 décembre et dimanche 22 décembre de 14h à 18h


À l'occasion des fêtes de fin d'année, vente exceptionnelle avec remise jusqu'à 50 %

sur le prix public de certains ouvrages anciens.
Les livres publiés par Le Point du Jour sont également disponibles chez tous les bons libraires. Avec le soutien des Amis du Point du Jour



À l'occasion de la parution récente de "La ville que nous voyons" 

Rencontre avec Claire Tenu
vendredi 29 novembre à 18h


suivie d'une soirée au bar Le Transat à partir de 20h30
À l'occasion de la parution de La ville que nous voyons, une rencontre avec Claire Tenu aura lieu au Point du Jour. Elle sera suivie d'une soirée au bar Le Transat 34 rue Alfred-Rossel, Cherbourg.


À l'occasion de la réédition de  "Also know as Chris Marker" 

Arnaud Lambert invité de la table ronde
Avec Chris Marker
samedi 30 novembre à 17h, Centre Pompidou, petite salle


A l'occasion de la manifestation Planète Marker au Centre Pompidou et de la réédition de Also know as Chris Marker, Arnaud Lambert participera à une table ronde organisée par la BPI : Cinéaste, historien de l'art, théoricienne des médias, artiste, écrivain et ancienne collaboratrice du cinéaste, penseur des images fixes et en mouvement, autant d'intervenants différents qui chercheront à explorer l'œuvre protéiforme de Chris Marker, en questionnant la portée politique de ses films, la relation qu'il a pu entretenir avec la technique, ses manières d'investir la composante sonore ou de travailler les mots. Avec Arnaud Lambert, Florence Delay, Filipa Cesar, Madeleine Aktypi, Gaël Segalen et Paul Sztulman. Conception et modération : Raymond Bellour et Dork Zabunyan.



À l'occasion du livre et de l'exposition "L'Asile des photographies"

Images de la folie Projections de films
dans le cadre du Mois du film documentair
e

À l'occasion de l'exposition "L'Asile des photographies", la bibliothèque Jacques-Prévert propose, en partenariat avec Le Point du Jour, une programmation liée à la psychiatrie dans le cadre du Mois du film documentaire. Consacrés à des institutions exemplaires et plus généralement au traitement de la folie, ces films éclairent un sujet qui touche à l'histoire sociale et à la définition même de l'humain.

samedi 30 novembre à 15h & 20h30

Couleurs folie d'Abraham Ségal (1986, 13 min.)

L'artiste britannique Mary Barnes reçoit chez elle l'actrice Delphine Seyrig. La première a vécu la folie qu'elle est parvenu à traverser grâce à la peinture et l'écriture ;  la seconde a interprété le rôle d'Aloïse, une artiste schizophrène suisse, dans le film éponyme réalisée en 1975 par Liliane de Kermadec. à partir de ces expériences, les deux femmes parlent des relations entre art et folie.

Suivi de

La Beauté crue de Hervé Nisic (2008, 65 min.)

L'écrivain Michel Beretti et le réalisateur Hervé Nisic, en prenant comme exemples des œuvres réalisées dans des asiles suisses au début du XXe siècle, étudient l'influence de cet  art brut  sur des artistes comme Jean Dubuffet, Jean Tinguely ou Daniel Spoerri. Un psychiatre, des plasticiens, des historiens d'art et un musicien en proposent, chacun à leur manière, une interprétation.

Et de

L'Apothéose d'Arthur Bispo do Rosario de Maione de Queiroz Silva (2004, 26 min.)

Sous la forme d'une lettre, Maione de Queiroz Silva adresse un hommage émouvant au visionnaire illuminé Bispo Do Rosario, décédé en 1989. Durant sa longue vie passée en grande partie dans un l'hôpital psychiatrique, celui-ci n'a cessé d'accumuler des objets et de broder des tissus pour remplir sa mission divine de témoin du monde. Cette œuvre a exercé une grande influence sur l'art contemporain au Brésil.




Concert
dimanche 24 novembre à 18h
Magik Markers (Rock expérimental, États-Unis)


Magik Markers a été formé en 2001 à Hartford (Connecticut) par Elisa Ambrogio (guitares, chant), Pete Nolan (batterie) et Leah Quimby (basse). Inspiré par la No Wave et le Hardcore, Magik Markers fabrique un son free-rock dans une approche flux-de-conscience. En 2004, leurs CD's autoproduits accrochent l'oreille de Thurston Moore qui invite le groupe sur la tournée étasunienne de Sonic Youth. L'année suivante, Ecstatic Peace, le label de Moore, publie avec Apostasy Recordings leur second album I Trust My Guitar, etc. Après trois albums en 2006, Magik Markers devient un duo constitué de Ambrogio et Nolan. Pour Boss (Ecstatic Peace, 2007), ils travaillent avec Lee Ranaldo qui produit l'album et intervient à la guitare et au xylophone. Depuis Balf Quarry (Drag City, 2009), Magik Magic évolue dans une atmosphère plus feutrée mais toujours éclectique.
En partenariat avec l'Asso C et avec le soutien des Amis du Point du Jour


À l'occasion du livre et de l'exposition "L'Asile des photographies"

Conférence de Philippe Artières
Des archives, pour quoi faire ?
jeudi 21 novembre à 18h30


Depuis quelques années, les centres d'archives se multiplient : archives personnelles, artistiques, communautaires ; la revendication d'un droit à l'archivage se fait entendre alors que cet acte relevait jusqu'alors du pouvoir à celui de conserver et d'écrire l'histoire. Parallèlement, des généalogistes, des historiens amateurs, des artistes s'emparent des archives. Cette nouvelle situation modifie la position de l'historien. Le voilà saisi d'une fonction inédite, non plus seulement écrire le récit du passé mais cheminer avec ses contemporains dans un travail de mémoire.



À l'occasion du livre "La Révolte de la prison de Nancy"


Rencontre-projectionavec Philippe Artières
et Nicolas Drolc
Librairie L'Atelier (Paris)
mercredi 20 novembre à 20h


Librairie L'Atelier2 bis, rue du Jourdain 75020 Paris


À l'occasion du livre et de l'exposition "L'Asile des photographies"

Rencontre avec Philippe Artières et Mathieu Pernot
PhotobookFest (Paris)

samedi 16 novembre à 11h

Dialogue avec les auteurs et l'éditeur dans le cadre de la première édition de PhotobookFest, organisé par les Photobook Clubs de Londres, Paris et Madrid avec Food your eyes et la librairie L'Ascenseur végétal, à l'occasion de Paris-Photo 2013.
PhotobookFest
L'Ancienne Imprimerie / Picture Tank
19, rue Bisson 75020 Paris


À l'occasion du livre "Vernaculaires" et de Paris-Photo 2013

Clément Chéroux est l'invité
de La Grande Table sur France Culture
vendredi 15 novembre
écouter




À l'occasion de l'exposition "L'Asile des photographies"

Images de la folie Projections de films
dans le cadre du Mois du film documentaire

8, 9, 10 novembre

À l'occasion de l'exposition "L'Asile des photographies", la bibliothèque Jacques-Prévert propose, en partenariat avec Le Point du Jour, une programmation liée à la psychiatrie dans le cadre du Mois du film documentaire. Consacrés à des institutions exemplaires et plus généralement au traitement de la folie, ces films éclairent un sujet qui touche à l'histoire sociale et à la définition même de l'humain.

vendredi 8 novembre


20h30 : Histoires autour de la folie

de Paule Muxel et Bertrand de Solliers (1993, 210 min. )

Après les privations de l'Occupation et l'horreur des camps de concentration, l'institution psychiatrique va progressivement se transformer, grâce à quelques soignants et intellectuels engagés : espace de relégation morale et sociale, hérité du XIXe siècle, l'asile est désormais pensé comme un lieu de vie dont il importe de sortir. L'hôpital de Ville-Evrard, en région parisienne, est emblématique de cette évolution. Paule Muxel et Bertrand de Solliers donnent la parole à certains de ceux qui y ont vécu ou travaillé, et retracent ainsi un moment essentiel de l'histoire de la psychiatrie en France.


samedi 9 novembre


14h : La Terre de la folie de Luc Moullet (2010, 90 min.)

Originaire d'une famille des Alpes du Sud, Luc Moullet a constaté que les cas de troubles mentaux avaient été particulièrement nombreux dans cette région au cours des cent dernières années. Les conséquences en furent tragiques, entre autres parmi ses parents et ses proches : meurtres et suicides, corps découpés et immolations par le feu. Rejeton inclassable de la Nouvelle Vague, Luc Moullet étudie ici, avec le sérieux qu'on lui connaît, les raisons de ce micro climat psychique.


16h : La Devinière de Benoît Dervaux (2001, 90 min.)

Le réalisateur a vécu pendant un an aux côtés des enfants et adolescents de La Devinière, en Belgique. Ce centre de soins, sans chimie ni grilles, met en pratique les méthodes de la  psychothérapie institutionnelle  : les activités quotidiennes ou inventées en commun, les relations entre tous ceux qui y participent (soignants, soignés ou gens du  dehors ) forment la trame à partir de laquelle peuvent se retisser les fils d'une vie.


18h : Le Fils de la famille de Mickaël Hamon (2012, 59 min.)

En présence du réalisateur

 Karim est malade, malade psychique. Il a trente ans et alterne des phases de repli sur lui-même avec des périodes d'exaltation. Progressivement, le vide s'est fait autour de lui. Seuls sa mère, sa sœur et son père Robert l'empêchent de sombrer complètement, au prix de leur propre santé... 


21h : Regard sur la folie de Mario Ruspoli (1961, 48 min.)

Lieu de refuge et de résistance pendant la Guerre, l'hôpital de Saint-Alban en Lozère fut, dans les années 1950, un des lieux où s'inventa la  psychothérapie institutionnelle . Le film montre, de façon alors totalement inédite, la vie de l'institution, médecins et patients, moments de crise et jours de fête. Avec Chronique d'un été (1961) de Jean Rouch et Le Joli Mai (1962) de Chris Marker, Regard sur la folie compte parmi les premiers, et les plus beaux, exemples du  cinéma direct  à enquêtes documentaires réalisées en équipe réduite, avec des caméras légères et généralement en son synchrone.

Suivi de

Valvert de Valérie Mréjen (2008, 52 min.)

Le centre hospitalier psychiatrique Valvert a été créé à Marseille, au milieu des années 1970,  dans un esprit d'ouverture et de libre circulation . Le film mêle observation quotidienne, entretiens avec les soignants et scènes de la vie des patients. Egalement plasticienne et romancière, Valérie Mréjen a réalisé ce film à la demande de médecins et infirmiers de Valvert désireux de raconter leur travail et l'histoire du lieu.



dimanche 10 novembre


11h  : La Moindre des choses de Nicolas Philibert (1997, 104 min.)

Au cours de l'été 1995, fidèles à ce qui est désormais devenu une tradition, pensionnaires et soignants de la clinique de La Borde se rassemblent pour préparer la pièce de théâtre qu'ils joueront le 15 août. Au fil des répétitions, Nicolas Philibert filme aussi la vie quotidienne, les petits riens, la fatigue et les rires. Créée en 1953 par Jean Oury, qui y fut rejoint par Félix Guattari, La Borde fut un symbole de la psychothérapie institutionnelle mais avant tout un lieu marquant pour ceux à  fous  ou non à qui y séjournèrent.


15h : Titicut Follies de Frederick Wiseman (1967, 84 min.)

Premier film du célèbre documentariste étasunien Frederick Wiseman, Titicut Follies fut tourné dans l'unité carcérale psychiatrique de l'hôpital de Bridgewater (Massachusetts). En noir et blanc et sans aucun commentaire, il révèle de façon souvent brutale la situation des détenus, l'attitude des gardiens, des psychiatres et des travailleurs sociaux. Invoquant le respect de la vie privée des patients, l'Etat du Massachusetts parvint à le faire interdire de diffusion publique aux Etats-Unis jusqu'en 1991.


17h : Les Jardins d'Abel de Sergio Zavoli (1968, 27min.)

C'est à Gorizia que Franco Basaglia initie, au début des années 1960, la transformation de la psychiatrie italienne qui aboutira, en 1978, à la fermeture de tous les anciens hôpitaux du pays. Le film décrit le fonctionnement de cette communauté thérapeutique, ouverte sur l'extérieur, dont les  soignés  sont parties prenantes à l'égal des  soignants . La pratique de Basaglia s'inscrit dans le vaste mouvement de contestation sociale qui se développa, notamment en Italie, pendant les années 1960-70.

Suivi de

San Clemente de Raymond Depardon et Sophie Ristelhueber (1982, 100 min.) 

Ancien hospice décati, San Clemente est installé sur une petite île au large de Venise. Après l'avoir photographié au cours d'une enquête dans plusieurs hôpitaux psychiatriques italiens, Raymond Depardon y retourne avec Sophie Ristelhueber en 1980 pour réaliser ce film. San Clemente est une immersion dans un lieu comme hors du temps, où les patients apparaissent à la fois libres de leurs mouvements et livrés à une errance sans fin.


20h30 : Histoire de Paul de René Féret (1975, 81 min.)

A la suite d'une tentative de suicide suivie d'une grave dépression, René Féret effectue, à l'âge de vingt ans, un séjour de plusieurs semaines à l'hôpital d'Armentières. Dix ans plus tard, il réalise son premier film Histoire de Paul, une fiction qui relate l'internement d'un jeune homme, en adoptant le point de vue des  fous . Célébré par Michel Foucault, dont René Féret produira l'adaptation de Moi Pierre Rivière... réalisée en 1976 par René Allio, Histoire de Paul a reçu le Prix Jean-Vigo.




Rencontre avec Mathieu Pernot et Philippe Artières
dimanche 20 octobre à 15h



Dans le cadre des invitations du Point du Jour à des artistes
et lieux d'art installés en Normandie


George Dupin
Le Havre
vendredi 27 septembre à 18h


Depuis 1996, le travail photographique de George Dupin interroge les mécanismes contemporains qui régissent les villes modernes, comme Dubaï, Jérusalem, Pékin, Hérouville-Saint-Clair, Marne-la-Vallée ou encore São Paulo. Pour la rencontre au Point du Jour, il présentera le travail qu'il a mené dans sa ville natale, Le Havre.
À l'inverse d'Eugène Atget et de sa nostalgie pour un Paris disparaissant sous les nouvelles artères créées par le baron Haussmann, ses images tentent de pointer l'émergence de nouvelles formes. Ce n'est pas la modernité d'un regard qu'il met en place, mais bien la volonté de se confronter à la modernité du monde. Cette attention s'appuie essentiellement sur les architectures, les fonctionnements urbains, les effets de la globalisation et de la fragmentation sociale.

George Dupin est artiste et enseignant aux Beaux-Arts de Rennes. Né en 1966, il vit et travaille à Paris. Il expose régulièrement en France et à l'étranger. Il a notamment publié Beauregard le 5 juillet 2012 (Frac Bretagne, 2012) et SF (Trans Photographic Press, 2011).


Narrative Art : un bref récit du renouveau photo-texte
dans les années 1970
Alexandre Quoi
Conférence samedi 29 juin à 15h


Il y a tout juste quarante ans, une exposition baptisée Story par le galeriste new-yorkais John Gibson marquait le lancement du Narrative Art. Cette mouvance allait regrouper, durant près d'une décennie, une vingtaine d'artistes internationaux, parmi lesquels Jean Le Gac, Didier Bay, Bill Beckley, Peter Hutchinson, Victor Burgin, David Askevold et John Baldessari. Alexandre Quoi reviendra sur ce chapitre méconnu de l'histoire du photoconceptualisme, en restituant le contexte d'émergence d'un tel renouveau du rapport texte/image, toujours essentiel dans la création photographique contemporaine.

Alexandre Quoi a soutenu en 2011 à l'université Paris IV - Sorbonne une thèse de doctorat en histoire de l'art consacrée au Narrative Art. Enseignant, il est également chargé de recherches et d'exposition au Centre Pompidou à Metz. En 2012, Alexandre Quoi a été commissaire de l'exposition Maxime Chanson. L'art, mode d'emploi au Palais de Tokyo.



A l'occasion de l'exposition "La ville que nous voyons" de Claire Tenu

Rencontre Claire Tenu
dimanche 2 juin à 15h



Rencontre avec Louise Le Gall
dimanche 16 juin à 15h


Louise Le Gall, directrice des musées de Cherbourg-Octeville, évoquera la collaboration entre Le Point du Jour et le musée d'art Thomas-Henry à l'occasion de La ville que nous voyons. Elle proposera également une analyse des peintures et dessins choisis avec Claire Tenu dans les collections du musée pour être présentés dans l'exposition.



Projections
samedi 22 juin à 19h30


À propos de Nice
de Jean Vigo (1930, 25 min.)

Chef-d'œuvre, sans en avoir la prétention, de ces symphonies cinématographiques urbaines de l'entre-deux-guerres, À propos de Nice est un aperçu, documentaire et onirique, des diverses facettes d'une ville. Embryons d'histoires, critique sociale, esquisses de portraits, fantaisie débridée, rythmes et formes se s'enchaînent, s'opposent. C'est un ballet en images où vague rime avec femme, grands bourgeois avec petits métiers. Il ne s'agit que de Nice et de tout sauf de Nice. Jean Vigo réalise ici son premier film avant le libertaire Zéro de conduite (1933) et L'Atalante (1934), avec Michel Simon en marinier ventriloque.


Lettre à Freddy Buache
de Jean-Luc Godard (1982, 11 min.)

À l'occasion du 500e anniversaire de la ville de Lausanne, Jean-Luc Godard réalise un court-métrage qui sera refusé par ses commanditaires. En forme de réponse, il adresse cette lettre ouverte à son ami Freddy Buache, écrivain et directeur de la Cinémathèque suisse. Tandis qu'on entend le Boléro de Ravel, se succèdent des panoramiques sur la campagne environnante, la ville, et des ralentis montrant ses habitants en mouvement. Godard évoque Lausanne  entre le ciel et l'eau , ou plutôt  entre le vert et le bleu , les dégradés, les périphéries pour échapper  à l'esprit de géométrie et à la pierre des urbanistes .



A l'occasion de la parution du livre "La Révolte de la prison de Nancy, 15 janvier 1972"


Autour de la Révolte de la prison de Nancy
Rencontre avec Philippe Artières
samedi 18 mai à 20h30


Philippe Artières est historien, directeur de recherches du CNRS à l'Institut Interdisciplinaire d'Anthropologie du Contemporain de l'EHESS-Paris et président du Centre Michel Foucault. Il a établi et rédigé l'édition du livre La Révolte de la prison de Nancy, 15 janvier 1972 au Point du Jour.
Il a également publié, avec Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel, Le Groupe d'information sur les prisons. Archives d'une lutte, 1970-1972 (IMEC, 2001) et, avec Mathieu Potte-Bonneville, D'après Foucault. Gestes, luttes, programmes (Les Prairies ordinaires, 2007). En 2013, les enquêtes du GIP sont republiées aux éditions Verticales sous le titre Groupe d'information sur les prisons. Intolérable (édition et postface de Philippe Artières).


Dans le cadre de La Nuit européenne des musées 2013


Rencontre
mercredi 19 juin à 19h

Librairie Le Monte-en-l'air
2, rue de la Mare 75020 Paris
Informer, lutter dans et hors des prisons.
Autour du Groupe d'information sur les prisons (1971-1973).
Philippe Artières



À l'occasion de la parution récente de deux ouvrages établis et présentés par Philippe Artières :

La Révolte de la prison de Nancy. 15 janvier 1972 (Le Point du Jour) et Groupe d'information sur les prisons. Intolérable (Verticales)
Philippe Artières est historien, directeur de recherches du CNRS à l'EHESS. Il a publié, avec Laurent Quéro et Michelle Zancarini-Fournel, Le Groupe d'information sur les prisons. Archives d'une lutte, 1970-1972 (IMEC, 2001) et, avec Mathieu Potte-Bonneville, D'après Foucault. Gestes, luttes, programmes (Les Prairies ordinaires, 2007).

Prisons : Intolérable Retour sur les actions du GIP
Avec Philippe Artières, Nicolas Drolc et Yves Pagès
Rencontre animée par Albert Dichy
jeudi 16 mai à 20h à l'IMEC


Les enquêtes-intolérance du GIP viennent d'être republiées par les éditions Verticales sous le titre Groupe d'information sur les prisons. Intolérable, avec une postface de Philippe Artières.

À l'heure où les conditions de détention font l'objet de vifs débats, les intervenants reviennent sur les actions du GIP au début des années 1970.

Yves Pagès co-anime avec Jeanne Guyon les éditions Verticales

Nicolas Drolc, cinéaste et fils du photographe Gérard Drolc, termine actuellement Sur les toits, un film documentaire consacré aux mutineries qui éclatèrent durant l'hiver 1971-1972 dans les prisons françaises.


IMEC, grange aux dîmesAbbaye d'Ardenne14280 Saint-Germain-la-Blanche-Herbe
Réservations au 02 31 29 52 37 ou reservations@imec-archives.com




Rencontre à l'occasion de l'exposition Humaine de Marc Pataut :

Véronique Nahoum-Grappe et Marc Pataut :
Qu'est-ce qu'un visage ?
samedi 20 avril à 15h


L'anthropologue Véronique Nahoum-Grappe a travaillé avec Marc Pataut à Sallaumines, il y a dix ans, et plus récemment à Douchy-Les-Mines. Dans le livre Humaine, elle s'interroge sur la manière de traduire les atmosphères et les manières d'être qu'inventent les femmes du Nord sans recourir à catégories sociologiques préétablies.

Véronique Nahoum-Grappe est chercheur au Centre Edgar Morin / Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain (EHESSS-CNRS). Elle a notamment publié Balades politiques, entretiens avec Jean-Christophe Marti (Les Prairies ordinaires, 2005) et Vertige de l'ivresse, Alcool et lien social (Descartes & Cie, 2010).



Projection

Lynne Aperçue (2013, 60 min.) de Frédéric Leterrier
En présence du réalisateur jeudi 18 avril à 20h


La photographe Lynne Cohen traque sans relâche les espaces intérieurs de notre modernité. Alors que la fonction de tous ces lieux est de prendre en charge des corps, son regard distancié et teinté d'humour révèle l'inquiétante étrangeté de ces espaces vidés de toute personnage. Immergés dans les images de Lynne Cohen, nous l'accompagnons dans son travail photographique. Le film adopte son rythme, son attitude. Le temps de l'expérience donne corps à l'engagement de l'artiste.

Après une résidence à Cherbourg en 2006, Lynne Cohen a exposé et publié Cover au Point du Jour en 2009. Frédéric Leterrier est l'auteur de plusieurs films documentaires dont A travers champs (2009) et Avoir un Indien de réserve (2006).

En partenariat avec la Maison de l'image de Basse-Normandie.


Cinéma Odéon - 51 rue Maréchal-Foch - 50100 Cherbourg-Octeville

Tarif unique : 5 €
Projection le mardi 23 avril à 19h au Café des Images à Hérouville-Saint-Clair


A l'occasion de l'exposition Humaine de Marc Pataut :

Rencontre avec l'artiste
précédée d'une lecture de Marie-Pierre Chaix, comédienne photographiée dans "Humaine"
dimanche 24 février 2013 à 15h


Rencontre David Poullard, graphiste
autour du livre Humaine lundi 18 mars 2013 à 18h30


A propos du livre Humaine, à l'occasion du festival des arts graphiques ARG2
organisé par l'Université de Caen et ses antennes.
David Poullard collabore depuis 2010 avec Le Point du Jour. Il a notamment réalisé Le Tableau de chasse de Gilles Saussier, Une route, un chemin de Maxence Rifflet, Brancusi, film, photographie, et récemment Humaine de Marc Pataut.

Graphiste, David Poullard est aussi dessinateur de caractères typographiques. Son principal champ d'investigation est celui du quotidien, du banal, et porte plus spécifiquement sur les divers matériaux langagiers qui s'y développent. Il dessine la série des Ordinaires, caractères typographiques inspirés des noms de stations en carrelage du réseau métropolitain parisien, et élabore depuis une dizaine d'année, en compagnie de Guillaume Rannou, des Tentatives d'étirement du français figé. Il mène actuellement une recherche, Ces lettres dans lesquelles on circule, exploration de la spatialité de notre environnement scriptural. David Poullard enseigne à l'Ecole supérieure d'art et de design Grenoble-Valence.

Le festival des arts graphiques ARG 2 est organisé par l'université de Caen et ses antennes

Rencontre avec Fred Klaba, Marie-Jo Noclain et Marc Pataut
Vendredi 22 mars 2013 à 14h30
Proposée dans le cadre du festival Femmes dans la ville

Marie-Jo Noclain et Fred Klaba sont deux des trois femmes avec lesquelles Marc Pataut a travaillé à Douchy-Les Mines entre 2008 et 2011. Le projet Humaine est né d'une commande passée à Marc Pataut par le Centre régional de la photographie Nord - Pas-de-Calais (CRP). Des rencontres publiques avec des acteurs socioculturels du territoire ont d'abord permis à un groupe de travail de se constituer et de réaliser une première exposition Terre en 2008. Par la suite, le travail s'est orienté vers un dialogue avec trois femmes de Douchy, Fred Klaba, Marie-Jo Noclain et Sylvie Dureuil, qui se sont associées à la recherche de Marc Pataut.

Le festival Femmes dans la ville se déroule du 16 au 24 mars à Cherbourg-Octeville.


Dans le cadre des invitations du Point du Jour
à des artistes et lieux d'art installés en Normandie



documentation céline duval
jeudi 21 mars 2013 à 18h30


Céline Duval enseigne à l'école supérieure d'arts et médias de Caen/Cherbourg. Sous le nom d'artiste documentation céline duval , elle constitue depuis plusieurs années un fonds iconographique aux sources variées : photographies d'amateurs, images de magazines ou photographies prises par elle-même. Elle les collecte, les classe et les met en relation comme pour mieux s'approprier et comprendre le monde.

Pour la rencontre au Point du Jour, Céline Duval choisit de présenter deux oeuvres emblématiques de ses recherches récentes : Les Allumeuses, 1998-2010 et Coeur, point et ligne sur plan.

Les Allumeuses montrent, en plans-séquences, des images découpées dans des magazines et classées méthodiquement par motifs qu'une main saisit une à une pour les froisser et les jeter au feu. Aucune reprise possible : la performance filmée n'a lieu qu'une fois.

Paru en 2013, Coeur, point et ligne sur plan fait suite à une invitation de Didier Schulmann, conservateur à la Bibliothèque Kandinsky - Musée national d'art moderne Centre Pompidou. Céline Duval découvre les photographies familiales de Vassily Kandinsky, léguées en 1981 par la veuve du peintre, Nina. A partir de ces archives, elle imagine une version toute personnelle du livre de Kandinsky Point et ligne sur plan.



Dans le cadre du Mois de l'architecturecontemporaine en Normandie


Le Bandschell de Frank Stella :une architecture totale
Conférence de Jean-Charles Agboton-Jumeau
samedi 2 mars 2013 à 15h



Concert

Camera
vendredi 25 janvier 2012 à 19h30


Ce trio berlinois (guitare-clavier-batterie), en digne représentant de la scène Krautrock, excelle dans l'art de la mélodie lancinante et des ondulations instrumentales répétitives. Après avoir le plus souvent joué dans le métro berlinois ou lors de happenings improvisés, Camera a publié son premier album Radiate! et a été fortement remarqué lors de son passage sur scène aux dernières Transmusicales de Rennes. Pour cette date cherbourgeoise, les Berlinois investiront les salles d'exposition du centre d'art.
En partenariat avec See The Sea.
Tarif unique : 5 euros. Billetterie sur place le soir du concert.

Conférence

Les géographes et la photographie : quelle place pour la photographie dans la recherche ?
jeudi 24 janvier 2012 à 18h30
 

Conférence de Benoît Raoulx et Olivier Thomas, chercheurs en géographie sociale
Les images ont acquis une place croissante dans la pratique des sciences sociales, notamment en géographie sociale. L'utilisation de la photographie induit aujourd'hui de reconsidérer la pratique du chercheur, d'interroger le recours à l'image photographique en tant qu'outil, méthode et objet d'études. Benoit Raoulx et Olivier Thomas illustreront leurs propos au travers d'exemples de projets menés à l'étranger, au Venezuela, et en France, en particulier celui d'Olivier Thomas sur les migrants "clandestins" à Cherbourg et sur les côtes de la Manche.
Benoît Raoulx est maître de conférences à l'université de Caen et membre de l'unité de recherche "Espaces et sociétés" (CNRS / Université de Caen). Ses travaux portent sur la marginalité dans les villes. Il a notamment réalisé Traplines in Vancouver (2003, 37 mn) et Las Playitas (2007, 56 mn).
Olivier Thomas est membre associé de l'unité de recherche "Espaces et sociétés" (CNRS / Université de Caen). Il a soutenu en 2011 une thèse intitulée Des émigrants dans le passage. Une approche géographique de la condition de clandestin à Cherbourg et sur les côtes de la Manche.

Remise du Prix Roland Barthes2012
lundi 14 janvier 2012 à 18h30au Jeu de Paume, Paris

Le Prix Roland Barthes récompense, tous les deux ans, des mémoires de niveau master, quelle que soit la discipline, concernant la photographie. Il peut être prolongé par la publication du mémoire remanié. Outre l'intérêt scientifique, la qualité d'écriture et l'originalité de l'approche sont des critères importants. Doté de cinq mille euros, le Prix Roland Barthes est organisé par Le Point du Jour avec le soutien de la Fondation Neuflize Vie. Pour cette troisième édition, la remise du Prix aura lieu au Jeu de Paume (Paris) en présence des membres du jury, présidé par Paul-Louis Roubert.
Sur invitation uniquement. Renseignements au 02 33 22 99 23

Vente exceptionnelle de livrespubliés par Le Point du Jour
Samedi 8 décembre à partir de 14h et dimanche 9 décembre
À l'occasion des fêtes de fin d'année, vente exceptionnelle avec remise jusqu'à 50 % sur le prix public de certains ouvrages anciens.
Les livres publiés par Le Point du Jour sont également disponibles chez tous les bons libraires.


Signature du livre Humaine de Marc Pataut
Samedi 8 décembre de 15h à 17h
À l'occasion de cette vente exceptionnelle, Marc Pataut signera le livre Humaine récemment coédité par le CRP et Le Point du Jour.


Dans le cadre des invitations du Point du Jour à des artistes
et lieux d'art installés en Normandie


Rencontre avec Sylvie Froux
directrice du Fonds régional d'art contemporain de Basse-Normandiejeudi 22 novembre à 18h30
Les Fonds régionaux d'art contemporain (FRAC) ont été créés en 1982 afin de contribuer à la présence d'art contemporain dans chaque région. Ils ont pour mission de constituer une collection, de la faire connaître auprès de différents publics. Chacun possède son histoire et sa spécificité. Lors de cette rencontre, Sylvie Froux présentera la collection, les activités et les projets du FRAC Basse-Normandie.


Proposés par la Bibliothèque Jacques Prévert
Dans le cadre du Mois du film documentaire


Hommage à Chris Marker (1921-2012)Décédé cet été à l'âge de 91 ans, Chris Marker est un cinéaste inclassable et secret dont on connaît surtout La Jetée (1962). Ces projections témoignent de la diversité de son œuvre déployée sur plus d'un demi-siècle. Elles font écho au livre Also known as Chris Marker d'Arnaud Lambert publié en 2008 par Le Point du Jour.

vendredi 16 novembre à 20h30

Vive la baleine de Chris Marker et Marco Ruspoli (1972, 17 mn)
La baleine est d'abord représenté pour une partie de l'humanité un moyen essentiel de survie. Puis l'industrialisation est apparue et la chasse à la baleine est alors devenue un moyen de faire du profit. Le massacre pouvait commencer.

Si j'avais quatre dromadaires de Chris Marker (1966, 49 mn)
Un photographe amateur et deux de ses amis commentent des images prises à travers le monde.


jeudi 29 novembre à 20h30

Chats perchés de Chris Marker (2004, 59 mn)

Après le 11 septembre 2001, des "chats jaunes au grand sourire" envahissent les rues de Paris. Chris Marker mène l'enquête, filmant des manifestations politiques (1er mai 2002, retraites, intermittents...) et livrant ses réflexions personnelles.

Le Mois du film documentaire est une opération nationale qui vise à mettre en valeurles films documentaires.


Proposés par la Bibliothèque Jacques Prévert
A l'occasion du Festival du film allemand organisé par Images d'Outre-Rhin


Regards sur la photographie allemande
dimanche 18 novembre 2012 à 15h
et lundi 19 novembre 2012 à 14h(reprise du même programme)
August Sander de Reiner Holzemer (45 mn, 2002)
August Sander (1876-1964) est notamment l'auteur de "Hommes du XXe siècle" : vaste recension, par le portrait, des classes et des métiers composant la société allemande de l'entre-deux-guerres.

Trois films de la série "Contacts" (14 min chaque) :

Hilla et Bernd Becher de Jean-Pierre Krief, 2001

A partir des années 1960, les Becher ont photographié de manière systématique des milliers de bâtiments industriels. Leur travail est à la fois un relevé documentaire et une étude formelle de cette architecture anonyme.

Thomas Truth de Jean-Pierre Krief, 2001
Thomas Struth réalise dans les années 1970-80 des vues urbaines distanciées où affleurent étrangement le présent et l'histoire des lieux. Par la suite, il produit entre autres une série mettant en relation les visiteurs de musées d'art et l'espace des tableaux.
Andreas Gursky de Sylvain Roumette, 1999
Elève après Thamas Struthà la Kunstakademie de Berlin, Andreas gursky est célèbre pour ses photographies d'architectures gigantesques tirées en très grand format.

Le festival du Film allemand se déroule au cinéma Odéon du 14 au 28 novembre. 



À l'occasion de la parution du livre Humaine de Marc Pataut

Intervention de Béatrice Giblin, directrice de l'Institut français de géopolitique à Université Paris VIII et de la revue Hérodote, suivie d'une discussion en présence de l'artiste, des auteurs et des éditeurs.
Centre régional de la photographie Nord-Pas-de-Calais
Douchy-les-Mines


A l'occasion de l'exposition Seconde Peau de Charles Fréger

Rencontre avec l'artiste dimanche 23 septembre 2012 à 15h


À l'occasion de l'exposition Henri Cartier-Bresson / Paul Strand, Mexique 1932-34


Projection Redes (Les Révoltés d'Alvarado)
vendredi 29 juin 2012 à 18h30
Réalisation : Fred Zinnemann et Emilio Gomez Muriel, Mexique, 1936, 61 min.
Paul Strand conçoit, supervise la production et réalise les prises de vues de Redes ( Filets ), au cours de son séjour au Mexique en 1933-34. Tourné dans le village d'Alvarado, sur la côte est, avec la participation de la population, cette  fiction documentaire  raconte la lutte de petits pêcheurs contre un patron allié à un politicien.


Rencontre avec Agnès Sire
Directrice de la Fondation Henri Cartier-Bresson
Dimanche 13 mai 2012 à 15h


Dans le cadre des invitations du Point du Jour à des artistes et lieux d'art
installés en Normandie :


Rencontre avec l'Ardi-Photographies :"Les photographies du voyage de Maxime du Camp et Gustave Flaubert en Egypte, 1849-1850, dans la collection de l'ARDI "
Mardi 22 mai 2012 à 18h30

L'Association régionale pour la diffusion de l'image (Ardi-photographies) s'est fixée comme objectif, dès sa création en 1984, de présenter la diversité artistique, patrimoniale et contemporaine en région normande. C'est dans la collection du peintre normand Jean-Charles Langlois qu'ont été retrouvés les vingt-quatre tirages primitifs de Maxime Du Camp, jeune voyageur ambitieux parti en Égypte accompagné de son ami Gustave Flaubert en 1849-1850. Un important travail de recherche a conduit Bernard Chéreau et Luc Desmarquest sur leurs traces.
Bernard Chéreau est professeur de photographie à l'école supérieure Arts et Médias de Caen-Cherbourg, fondateur de l'Ardi et aujourd'hui responsable de la collection.
Luc Desmarquest est conservateur du Patrimoine, professeur d'histoire de l'art, chercheur à l'Ardi.



À l'occasion du Mois de l'architecture contemporaine en Normandie


Rencontre avec Didier Mouchel
Photographies à l'œuvre
Enquêtes et chantiers de la Reconstruction, 1945-1958
Rencontre & projection
Samedi 24 mars 2012 à 18h30


Dès 1945, le service photographique du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme (MRU) documente l'état du bâti et surtout les constructions nouvelles. Plus de trente-six mille clichés sont ainsi réalisés jusqu'en 1958, date à laquelle le terme Reconstruction disparaît de l'intitulé du ministère. Le livre raconte cette histoire en mettant l'accent sur des chantiers expérimentaux et des enquêtes sur l'habitat remarquables, issus de ce fonds en grande partie inédit.
L'ouvrage accompagne l'exposition présentée par le Jeu de Paume au Château de Tours jusqu'au 20 mai 2012.Didier Mouchel est chef du projet photographie au Pôle Image Haute-Normandie (Rouen). Il a déjà consacré un ouvrage à deux des enquêtes du MRU sur l'habitat : Henri Salesse. Enquêtes photographiques, Rouen 1951 et Petit-Quevilly 1952 (GwinZegal, 2008).
Le Mois de l'architecture contemporaine en Normandie est organisé par la Maison de l'architecture de Basse-Normandie.


Dans le cadre d'invitations à des artistes et lieux d'art installés en Normandie


WAYS

Benoît Casas et Jacques Jouet
Lecture & Projection
Mardi 13 mars à 18h30

Benoît Casas et Jacques Jouet se sont rendus à Toronto, du 31 août au 18 septembre 2008 afin de parcourir intégralement Yonge Street, la plus longue rue au monde.

WAYS (Walk Along Yonge Street) retrace cette longue marche à deux, lente et exploratoire, en ligne droite, entre photographie et écriture.

Benoît Casas est un activiste disparate, poète, lecteur et éditeur (éditions Nous), voyageur et photographe.Jacques Jouet est écrivain, à la fois poète, romancier, auteur de théâtre, essayiste. Il est membre de l'Oulipo.Ce projet a bénéficié du soutien du wharf, centre d'art contemporain de Basse-Normandie.



À l'occasion de l'exposition Robin Collyer, Constructions
Rencontre avec Robin Collyer
Dimanche 5 février à 15h



À l'occasion de l'exposition proposée par le CRéCET

Conférence de Karine Le Petit" Les métiers portuaires "
Mardi 17 janvier 2012 à 18h30 À l'occasion de l'exposition de photographies sur les grilles du port de Cherbourg proposée par le CRéCET, Karine Le Petit présentera les métiers relativement peu connus des ports de commerce de Caen et de Cherbourg du point de vue d'une ethnologue. Elle évoquera sa démarche de chercheur sur ce terrain particulier, les rôles des acteurs portuaires sous l'angle de la rencontre entre professionnels terriens et marins.

Karine Le Petit est depuis 2004 chargée de mission ethnologie au Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie. Elle a précédemment réalisé des enquêtes en anthropologie maritime sur les Ateliers et Chantiers du Havre et sur la mémoire des femmes de marin terre-neuvas.




À l'occasion de l'exposition Patrick Faigenbaum, Noir et blanc, 1973-2008

Rencontre avec Patrick Faigenbaum
Dimanche 23 octobre, 15h


À l'occasion de l'exposition Objets de mon affection, La collection Sandra Alvarez de Toledo

Conférence de Jean-François Chevrier à propos de l'exposition.
Jeudi 6 octobre, 14h
Historien d'art, commissaire d'exposition et critique, Jean-François Chevrier est professeur à l'École nationale supérieure des Beaux-Arts.
Les éditions L'Arachnéen ont engagé la publication de sept volumes de ses écrits dont les plus récents, Les relations au corps et Des territoires, ont paru en 2011. Le suivant, L'hallucination artistique, paraîtra au printemps 2012.


Le moindre geste (1962-1971, 95 min.) de Fernand Deligny,  Josée Manenti et Jean-Pierre Daniel
Samedi 10 septembre, 21hCette fiction raconte l'errance burlesque dans les collines cévenoles d'un adolescent psychotique évadé de l'asile. Tourné par Deligny et ses compagnons, le film fut monté et mixé presque dix ans plus tard par Jean-Pierre Daniel, grâce au soutien logistique de Chris Marker. Il anticipe de quelques années l'expérience menée avec des enfants autistes dans les Cévennes.
Présentation de Fernand Deligny, oeuvres (L'Arachnéen 2007) par Sandra Alvarez de Toledo.




À l'occasion d'invitations à des artistes et lieux d'art installés en Normandie :

Jean-Paul Berrenger,  2011


Invitation
Galerie Hypertopie
Mardi 27 septembre à 18h30 La galerie Hypertopie a été créée à Caen en 2008. Son directeur, François Alleaume présentera l'activité de la galerie ainsi que les travaux de Marie Aerts, de François Cavelier et du duo Bertran Berrenger qui participera à cette soirée.
Cette rencontre inaugure une série d'invitations faites par Le Point du Jour à des artistes et des lieux d'art installés en Normandie, travaillant notamment dans le domaine de la photographie.


À l'occasion de la résidence de Mathieu Pernot et Philippe Artières
à la Fondation Bon Sauveur


Événements hors les murs
Mathieu Pernot à la Fondation Bon Sauveur
Dimanche 18 septembre
A l'invitation du Point du Jour, Mathieu Pernot, artiste, et Philippe Artières, historien, travaillent depuis deux ans avec la Fondation Bon Sauveur, à l'hôpital psychiatrique de Picauville. Cette résidence fera l'objet d'une exposition et d'un livre en 2012. Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, deux événements auront lieu à la Fondation Bon Sauveur :. Visite à 10h et à 14h : parcours commenté dans les anciens bâtiments de l'hôpital, exceptionnellement ouverts au public. . Rencontre à 16h : Patrimoines et territoires : enjeux pour la Fondation Bon Sauveur Mathieu Pernot, artiste, Nicolas Bautès, enseignant-chercheur à l'université de Caen, maître de conférences et membre du Creso (Centre de recherche sur les espaces et les sociétés) et Olivier Thomas, doctorant à l'université de Caen, membre du Creso.



À l'occasion de la parution de livre : Brancusi, film, photographieimages sans fin

Soirée de présentation
Samedi 2 juillet  partir de 18h
Librairie Le Monte-en-l'air
71, rue de Ménilmontant
Paris 20e


À l'occasion de l'exposition Joachim Mogarra Une vie aventureuse


"Le voyage burlesque" Laurent Buffet
Samedi 21 mai à 15hA une epoque où le monde semble avoir livré tous ses secrets, le voyage ne serait-il pas devenu une aventure burlesque ? Par cette question qui sera abordée à travers l'exemple d'artistes itinérants, nous mènerons une réflexion sur les mutations de l'art contemporain qui ne se contente plus de représenter le monde mais l'envisage avant tout comme le lieu d'une expérience artistique.Laurent Buffet est critique d'art et enseigne la philosophie à l'école supérieure des Beaux-Arts de Cherbourg-Octeville ainsi qu'à l'université Paris I à Panthéon-Sorbonne. En 2009, il a soutenu une thèse de doctorat intitulée Les pratiques itinérantes dans la littérature et l'art contemporains .

La nuit du chasseur (1955, 93 min.)
de Charles Laughton
Projection samedi 14 mai à 22h

"Photographier n'est pas jouer"
Conférence de Dominique Marchès, commissaire d'exposition
Samedi 2 avril à 15h

Cocorico, Monsieur Poulet de Jean Rouch (1974, 93min.)
Présentation par Marie-Isabelle Merle-des-Isles, biographe de la famille Gain-Rouch.
Samedi 12 mars à 19h
Rencontre avec Joachim Mogarra
Dimanche 13 février à 15h


À l'occasion du Mois de l'architecture contemporaine en Normandie

Visite des opérations de rénovation urbaine de l'Amont Quentin au Point du JourVendredi 11 mars à 15havec Serge Renaudie, architecte-urbaniste, des représentants de la communauté urbaine de Cherbourg, de la Ville de Cherbourg-Octeville et de Presqu'île Habitat.La visite du quartier de l'Amont-Quentin, en cours de rénovation urbaine, sera suivie d'une déambulation commentée à travers le quartier des gares jusqu'au centre d'art Le Point du Jour, offrant ainsi une lecture générale du projet de renouvellement urbain

Débat : "Irruption de l'architecture contemporaine dans la ville vécue comme un évènement par les habitants".Vendredi 11 mars à 18h30en présence de Bernard Cazeneuve, Député-Maire de Cherbourg-Octeville et président de la CUC, Serge Renaudie, architecte-urbaniste, Brigitte de Wismes, architecte, Jean-Marc Viste, architecte, Béatrice Didier, co-directrice du Point du Jour et Emmanuel Fauchet, directeur du CAUE de la Manche.L'irruption de l'architecture contemporaine dans la ville crée un évènement pour les habitants, l'occasion de débattre avec des acteurs autour de cette thématique. Nous nous intéresserons particulièrement à Cherbourg autour d'exemples comme ceux des nouveaux logements sociaux et du futur centre commercial des Eléis ou encore du centre d'art, Le Point du Jour.


À l'occasion de l'exposition Helen Levitt, Un lyrisme urbain

Projections
Le Voleur de bicyclette de Vittorio De Sica (Italie, 1948, 93 min.)
Le Petit Fugitif de Morris Engel, Ruth Orkin et Raymond Abrashkin (Etats-Unis, 1953, 80 min.)
Les Quatre cents coups de François Truffaut (France, 1959, 99 min.)
du 20 au 1er février 2011 au cinéma Odéon, Cherbourg-Octeville
Ces trois films mettent en scène de manière documentaire l'apprentissage, souvent douloureux, du monde des adultes par un enfant. La ville, espace de liberté et de danger, y tient un rôle essentiel. Réalisés dans les années 1940-50, avec des moyens légers et des acteurs en partie non professionnels, ces films participent aussi d'une histoire cinématographique : du néoralisme italien jusqu'à la Nouvelle Vague française, en passant par Le Petit Fugitif à célébré par le critique André Bazin, défenseur du néoralisme et inspirateur des premiers Cahiers du Cinéma.

Rencontre avec Jean-François Chevrier,
historien de l'art, professeur à l'École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris
Samedi 15 janvier à 15h
"Passages secrets: A Way of Seeing", à propos du premier livre d'Helen Levitt

Rencontre avec Claire Tenu, artiste, diplômée de l'École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris.
Samedi 4 décembre à 15h
"La photographie de rue"

Rencontre avec Jorge Ribalta, commissaire de l'expositionDimanche 24 octobre 2010 à 15h

A l'occasion d'un spectacle du Trident

Visite de l'exposition suivie d'une projection
Jeudi 27 janvier à 20h30
En partenariat avec Le Trident, Scène nationale de Cherbourg-OctevilleLe Trident a récemment présenté Piscine(pas d'eau) de Marc Ravenhill, librement inspiré de la vie de la photographe new-yorkaise Nan Goldin. En écho à ce spectacle, Le Point du Jour accueille la projection du court-métrage consacré à Nan Goldin par Jean-Pierre Krief pour la série Contacts (Arte Vidéo, 1992)Cette projection est précédée d'une visite de l'exposition.


À l'occasion de l'exposition Une route, un chemin de Maxence Rifflet


Concert du violoncelliste Christophe Boney 
suivi de Projection de La Jungle plate de Johan van der Keuken

Samedi 18 septembre, 20h
Rencontre avec Antoine Yoseph 
Rencontre avec Maxence Rifflet


À l'occasion de l'exposition proposée par le CRéCET
Conférence de Karine Le Petit" Les métiers portuaires "Mardi 17 janvier 2012 à 18h30
À l'occasion de l'exposition de photographies sur les grilles du port de Cherbourg proposée par le CRéCET, Karine Le Petit présentera les métiers relativement peu connus des ports de commerce de Caen et de Cherbourg du point de vue d'une ethnologue. Elle évoquera sa démarche de chercheur sur ce terrain particulier, les rôles des acteurs portuaires sous l'angle de la rencontre entre professionnels terriens et marins.


Karine Le Petit est depuis 2004 chargée de mission ethnologie au Centre Régional de Culture Ethnologique et Technique de Basse Normandie. Elle a précédemment réalisé des enquêtes en anthropologie maritime sur les Ateliers et Chantiers du Havre et sur la mémoire des femmes de marin terre-neuvas.



À l'occasion de l'exposition "Le Tableau de chasse" de Gilles Saussier :


Rencontre avec Madeleine Bernardin Sabri.
Samedi 10 avril, 15h
"Les usages artistiques de la photographie dans la phase expérimentale de la propagande soviétique".
Sa connaissance de la langue russe et son travail photographique récent l'ont amené à étudier les rapports entre photographie, information et propagande en URSS de 1917 à 1932.

Rencontre avec Catherine Durandin
Samedi 20 mars, 15 h
Historienne, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales, elle vient de publier La mort des Ceaucescu : La Vérité sur un coup d'État communiste (Bourin, 2009).

Rencontre avec Gilles Saussier

Dimanche 7 mars 2010, 15h



Dans le cadre du Mois de l'Architecture contemporaine en Normandie

Conférence de l'architecte Éric Lapierre et visite du Point du Jour
Samedi 27 mars 2010, 14h


À  l'occasion de l'exposition d'Henri Salesse


" Enquêtes photographiques sur l'habitat 1951-1953 "

Rencontre avec Sylvain Maresca

Enquêtes sociologiques et représentations photographiques</p>

Professeur de sociologie à l'université de Nantes et chercheur associé au Laboratoire d'histoire visuelle contemporaine (LHIVIC / EHESS), il a notamment publié La photographie, un miroir des sciences sociales (l'Harmattan 1996).















Extrait de August Sander, voyage en Sardaigne




Extrait de August Sander (People of the 20th Century)

























Landscapes de Marina Gadonneix et Marcelline Delbecq (RVB Books)















Qui n'a pas sa part d'ombre de Léo Favier (2015, 15 min.)

















Lettre de Sibérie de Chris Marker































Lynne Aperçue
de Frédéric Leterrier
























Dessin de Pierre Berthet


Photographie de Thierry Weyd




























Ugo Mulas
Alexander Calder, Saché, 1963









Ugo Mulas
Andy Warhol, Philip Fagan et Gerard Malanga, New York, 1964



















Ugo Mulas
Atelier de Roy Lichtenstein, New York, 1964-1965
Estate Ugo Mulas, Milano - Courtesy Galleria Lia Rumma, Milano / Napoli











































George Dupin
mine d'argent sur papier Reina, 80 x 100 cm, 2015




















































Présentation des travaux d'élèves
Atelier François Potier


























Films  truqués et surpiqués et lumière bruyante,
 performance de cinéma expérimental
























Françoiz Breut







Extrait de Les veilleuses de chagrin de Frédérique Odye (2015, 45 mn.)

Matt Elliott








 Laurent Thurin-Nal

































Thollem McDonas



Dogbowl








Extraits de Paris, roman d'une ville de Stan Neuman



























Taryn Simon
Rencontre au Point du Jour, mars 2015
photographie : Michel Grimaud




















































































Extraits de Bienvenue dans la vie, mon tout petit de Ed van der Elsken, Sur le passage de quelques personnes à travers un assez courte dure de temps, de Guy Debord,
 La Chasse au lion à l'arc de Jean Rouch, Big Ben de Johan van der Keuken,
Bienvenue dans la vie, mon tout petit de Ed van der Elsken



















 

































































Aurore Clément dans  Les rendez-vous d'Anna
de Chantal Akerman (1978, 122 min.)



























































































Mille Soleils (2013, 45 min.) de Mati Diop























Vue de l'exposition Aqua Vitalis, positions de l'art contemporain.
L'Artothèque, Espaces d'art contemporain, Caen, 2013



Boubou Bathily et son fils Biyagui nourrissant leur bélier,Bada, août 2005.
Photographie : Anissa Michalon











Tindersticks. Photographie : Christophe Agou


Kermesse, hôpital de Picauville (Manche), sans date.
Photographe inconnu
Archives Fondation Bon-Sauveur









































Bal masqué, hôpital de Picauville (Manche), sans date.
Photographe inconnu
Archives Fondation Bon-Sauveur



















































































Cycle de projections








Magik Markers








































































































George Dupin
Rue Camille Desmoulins, Port autonome du Havre, 2002




Kunstforum International, vol. 33, n 3, 1979



 À propos de Nice de Jean Vigo




 Lettre à Freddy Buache

de Jean-Luc Godard





















Gérard Drolc
Mutinerie de la prison de Nancy, 15 janvier 1972



Elie Kagan
Michel Foucault et Jean-Paul Sartre,
conférence de presse du GIP, Paris, 17 janvier 1972





Marc Pataut
Marie-Jo Noclain, Douchy-les-Mines, le 16 juin 2011


Lynne Cohen






documentation céline duval
Photographe, vidéo 4'46" (détail)
Extrait de Les Allumeuses, 1998-2010
Courtesy : Semiose galerie-éditions