Résidences en cours


2013-2015
George Dupin

L'invention de la Hougue


Exposition du 24 juillet au 30 septembre 2015

à la chapelle de l'Île de Tatihou, Saint-Vaast-la-Hougue



Depuis octobre 2013, à l'invitation du Point du Jour, George Dupin est accueilli en résidence pour explorer le patrimoine militaire construit par Vauban en 1694, sur la commune de Saint-Vaast-la- Hougue. Ces architectures défensives exceptionnelles font partie d'un ensemble plus vaste, inscrit sous le nom de Réseau Vauban au Patrimoine mondial de l'Unesco.
Le point de départ de la réflexion de cette résidence a été la bataille de la Hougue, qui vit s'opposer en 1692, la flotte française conduite par Tourville et une coalition anglo-néerlandaise au large de Saint-Vaast-la-Hougue. Une dizaine de navires français disparut dans les affrontements. Depuis plus de trois siècles, la population locale, principalement des pêcheurs et des ostréiculteurs, amasse au gré du temps et des générations, les vestiges de cette bataille, constitués d'éléments aussi divers que du mobilier, de la vaisselle et bien sûr du matériel militaire.
Partant du constat que beaucoup de familles possédaient une partie de la bataille, George Dupin a lancé un appel à la population, afin de numériser ces objets et de créer un musée de la bataille imaginaire. À partir de l'enregistrement de cette collecte anonyme, une série de transformations s'est mise en place, mettant en jeu la confrontation des différents modes de représentation, mêlant techniques modernes et pratiques ancestrales de la photographie. L'exposition présente le travail en cours soit trois étapes des six prévues dans le processus final. Sur un large plan horizontal, occupant l'espace de la chapelle, sont exposées vingt-quatre pièces.


La résidence de George Dupin est financée par l'État (Direction régionale des affaires culturelles de Basse-Normandie) et s'inscrit dans le dispositif Territoires ruraux, Territoires de culture, qui associe le Ministère de la Culture, la commune de Saint-Vaast-la-Hougue et Le Point du Jour. 


L'exposition à la chapelle de l'île de Tatihou est financée par le Conseil départemental de la Manche.




Résidences passées 


2010-2013
Philippe Artières

Mathieu Pernot 

L'Asile des photographies

La Fondation Bon-Sauveur à Picauville (Manche)


Exposition " L'Asile des photographies " du 23 octobre au 26 janvier 2014
Édition du livre " L'Asile des photographies " (Le Point du Jour, 2014)

Mathieu Pernot et Philippe Artières ont travaillé trois ans à l'hôpital psychiatrique de Picauville / Fondation Bon-Sauveur (Manche). Ce lieu résume toute l'évolution de la psychiatrie depuis le XIXe siècle, mais il recèle surtout des archives visuelles exceptionnelles dont le photographe et l'historien ont fait la matière d'une élaboration commune. L'exposition constitue à la fois une histoire parallèle de la photographie, vue depuis l'hôpital, et une mémoire rendue aux anonymes qui en furent les sujets.

Mathieu Pernot a, entre autres, exposé à la Cité nationale de l'histoire de l'immigration (2009), au musée Nicéphore-Niépce (2007) et aux Rencontres d'Arles (2007, 2002 et 1997). Il est l'auteur de dix livres depuis Tsiganes (Actes Sud, 1999). Après Le Grand Ensemble en 2007, Le Point du Jour a publié, en 2014, La Traversée à l'occasion de la rétrospective de Mathieu Pernot au Jeu de Paume.

Directeur de recherches du CNRS à l'EHESS, Philippe Artières a publié La Vie écrite. Thérèse de Lisieux (Les Belles Lettres, 2011), D'après Foucault. Gestes, programmes, luttes, avec Mathieu Potte-Bonneville, (Les Prairies ordinaires, 2007) et Le Livre des vies coupables. Autobiographies de criminels, 1896-1909 (Albin-Michel, 2000). En 2013, il a dirigé, au Point du Jour, La Révolte de la prison de Nancy. 15 janvier 1972.



2008-2010
Maxence Rifflet

Une route, un chemin
Sur la côte ouest de la Manche


Exposition "Une route un chemin " du 26 juin au 26 septembre 2010.
Édition du livre "Une route, un chemin" (Le Point du Jour, 2010)


A l'invitation du Point du Jour, Maxence Rifflet a travaillé durant trois années le long de la route dite  touristique  qui relie Cherbourg et Coutances en suivant le littoral. Cette route permet de découvrir des sites naturels et les activités qui façonnent le paysage, mais c'est aussi une rupture dans le territoire : elle traverse des sites protégés et institue une séparation entre le bocage et le littoral.  La touristique  figure ainsi les tensions entre le spectacle de la nature et une inquiétude écologique. En empruntant cette route mais aussi en s'affranchissant de son tracé, Maxence Rifflet a trouvé un chemin : ses images sont autant la description précise d'un territoire que les fragments d'une carte imaginaire.

Né en 1978, Maxence Rifflet vit à Aubervilliers. Après une expérience du reportage, il a conduit des ateliers photographiques à Marseille et à Tanger avec Yto Barrada et Anaïs Masson. Le livre Fais un fils et jette-le à la mer
(Sujet/Objet, 2004) retrace cette expérience. Il participe au séminaire des territoires dirigé par Jean-François Chevrier à l'École nationale supérieure des beaux-arts depuis 2000, ainsi qu'à l'exposition du même nom en 2001. Plusieurs projets ont ensuite été menés au sein du même groupe, notamment avec la Maison populaire de Montreuil. Depuis 2002, il poursuit un travail documentaire en Chine, exposé en 2006 aux Rencontres internationales de la photographie d'Arles. La même année, il contribue à l'ouvrage collectif Le Musée du quai Branly aux éditions du Moniteur. Il a également réalisé en 2003 une commande sur le site de l'ancien Service municipal des pompes funèbres, où a été récemment inauguré Le 104, établissement culturel de la Ville de Paris.





2007
Christophe Bourguedieu, Patrick Faigenbaum

Christophe Bourguedieu a publié au Point du Jour On ne dit pas que c'est une île (1996), Le Cartographe (2000), Tavastia (2002) Éden (2004) et Les Passagers (2007). Régulièrement exposé en France et à l'étranger, il enseigne la photographie à l'École nationale supérieure des arts décoratifs. Sa résidence a eu pour objet le territoire, entre friches, campagne et ville, proche du canal de retenue et de la rivière de la Divette.

Patrick Faigenbaum, né à Paris en 1954, peintre de formation, a notamment été exposé en 2005 au musée du Louvre et à la Galerie de France. La Fondation Gulbenkian à Lisbonne lui a consacré en 2007 une rétrospective, accompagnée d'un catalogue. Au Point du Jour, il a publié Tulle en 2007. À Cherbourg-Octeville, il a réalisé des portraits de pêcheurs, près du bassin du Commerce.

2006
Claire Le Breton et Johann Schulz, Benoit Grimbert et Lynne Cohen

Jeunes artistes installés à Cherbourg, après leur DNSEP aux Beaux-Arts de Rennes, Claire Le Breton et Johann Schulz réunissent, sous le titre Transfert , deux installations évoquant la destruction / reconstruction du quartier de l'Amont-Quentin.

Le travail de Benoit Grimbert, né en 1969, est essentiellement consacré au paysage urbain. En 2004, il a été chargé d'une commande sur le quartier des Halles dans le cadre de l'Opération de réaménagement engagée par la Mairie de Paris. Le livre Normandie Paysages de la Reconstruction, publié par Le Point du Jour, est issu d'une résidence coproduite avec le Pôle Image Haute-Normandie (Rouen).

Lynne Cohen, née en 1944 à Racine (États-Unis), vit à Montréal. En 2003, notamment, le Musée de L'Elysée (Lausanne) et la National Gallery of Canada (Ottawa) lui ont consacré une rétrospective. Elle a, entre autres, publié No Man's Land (Thames & Hudson, 2001) et Camouflage (Le Point du Jour, 2006). À Cherbourg-Octeville, elle a photographié des sites de l'Arsenal, selon son habitude, entre document et installation.

2005
Yves Bélorgey, Rut Blees Luxemburg et Mathieu Pernot

Yves Bélorgey, né en 1960, vit à Montreuil et enseigne à l'école des Beaux-Arts de Lyon. Ses dessins et peintures, souvent inspirés par la photographie, ont notamment été présentés par le MAMCO (Genève). À Cherbourg-
Octeville, il réalise des vues d'immeubles dans le quartier de l'Amont-Quentin et derrière le jardin municipal, au pied de la montagne du Roule.

Née en 1967 en Allemagne, Rut Blees Luxemburg vit à Londres. Elle enseigne la photographie au Royal College of Art. En France, elle a récemment exposé à la galerie Dominique Fiat (Paris). Sa série Faust 2, réalisée à Cherbourg-Octeville, est une traversée nocturne du périmètre de l'ORU animée par le souvenir de l'œuvre de Goethe.

Mathieu Pernot, né en 1970, est diplômé de l'École nationale de la photographie d'Arles. Son dernier ouvrage, Le grand ensemble, a été publié en 2007 au Point du Jour. Il a travaillé à Cherbourg-Octeville sur un immeuble en démolition du quartier de l'Amont-Quentin.

2004
Jordi Colomer et Gilles Saussier

Jordi Colomer est né en 1962 à Barcelone, où il réside. En France, l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne en 2004 et Le Jeu de Paume en 2008 lui ont consacré une rétrospective. Le Point du Jour publie le livre qui accompagne cette dernière exposition. Jordi Colomer réalise à Cherbourg-Octeville (Un crime) : suivant l'axe majeur de l'ORU, de la gare SNCF à la gare maritime, des personnages anonymes portent des lettres en carton composant le récit d'un fait divers.

Né en 1962, Eric Larrayadieu, vit en Haute-Normandie. Il est l'auteur de Jours incertains (Le Point du Jour, 1997).
Manœuvres , consacré au pont tournant qui relie/sépare l'est et l'ouest de la ville, réunit vidéos et photographie en une installation monumentale.

Gilles Saussier, né en 1965, vit aux Andelys, dans l'Eure. À l'étranger, son travail a notamment été présenté à la Dokumenta (2002) et au Kunstmuseum de Bâle (2005). Parmi ses publications : Studio Shakari bazar (Le Point du Jour, 2006) qui avait été exposé l'année précédente à Cherbourg-Octeville. Accueilli en résidence, Gilles Saussier accompagne de jeunes Marocains, récemment installés, dans leurs parcours du quartier des Provinces vers le centre-ville. En 2008, il revient photographier à Cherbourg-Octeville en utilisant un grand caisson dont l'une des faces est constituée d'un miroir sans tain.

2003
Gabriele Basilico et Marc Solal

Gabriele Basilico est né en 1944 à Milan où il vit. Lauréat de prix internationaux et connu pour son travail sur le paysage urbain, il a publié de nombreux livres dont, au Point du Jour : Bord de mer (2003), Beyrouth 1991 (2004) et Scattered City (2005). À Cherbourg-Octeville, il s'attache au territoire de la future Opération de renouvellement urbain, notamment autour du quartier des Bassins.

Marc Solal est né en 1952. Vit à Paris. Il développe à travers la photographie un travail à la fois humoristique et conceptuel sur la notion d'identité. Durant sa résidence, il réalise trois  doubles vies  dont le principe est de confronter un même portait à deux curriculum vitae, l'un réel, l'autre imaginaire. Ces images font partie de son livre Doubles vies, publié la même année par Le Point du Jour.

2002
Antoine d'Agata, Charles Fréger et Éric Nonn

Antoine d'Agata est régulièrement exposé, notamment en 2007 au Metropolitan Museum of Photography (Tokyo) et à la Photographers' Gallery (Londres). Parmi ses publications, au Point Jour : De mala muerte (1998), Home Town (2002), Psychogéographie et Manifeste (2005). En résidence à Cherbourg-Octeville au moment de la première arrivée importante de clandestins après la fermeture du centre de Sangatte, il photographie des individus de dos et des paysages urbains déserts.

Charles Fréger, né à Rouen en 1975 représente des individus appartenant à des structures collectives qui impliquent le port d'une tenue vestimentaire uniforme. A Cherbourg-Octeville, il photographie de jeunes militaires et ouvriers sur le site de l'Arsenal. Il a publié plusieurs livres dont Majorettes (Éditions Léo Scheer, 2002), Steps (Le Point du Jour, 2003) et Nelson (POC, 2005).

Éric Nonn est l'auteur d'une dizaine d'ouvrages parmi lesquels, aux éditions Actes Sud, Museum (2005) et Butterfly II (2007). Invité à Cherbourg-Octeville, il livre un carnet de notes autour de  L'Imaginaire national , titre cette année-là de la programmation du CRCO.

2001
John Davies et Yves Pagès

John Davies est né en 1949 à Sedgefield (GB). Il vit à Liverpool. En France, son travail a récemment été exposé par la galerie Vu (Paris). Il a notamment publié Seine Valley (Le Point du Jour, 2002) et British Landscape (Chris Boot, 2006). À Cherbourg-Octeville, il photographie d'abord des sites industriels, avant de retenir finalement des images d'architecture dans le quartier populaire des Provinces.

Yves Pagès a publié un essai et six romans dont en 2008 Le soi-disant chez Verticales, où il est également éditeur. Présent à Cherbourg-Octeville pour une rencontre avec le public, il publie en avant-première dans le journal du CRCO un texte extrait de son recueil Petites natures mortes au travail.

2000
Donovan Wylie et Jean Rolin

Né en 1971 à Belfast Donovan Wylie est membre de Magnum Photos depuis 1997. Parmi ses publications : Losing Ground (4th Estate,1994) et The Maze (Granta, 1998) et avec Robert McLiam Wilson, Les Dépossédés (trad. fr. Christian Bourgois, 2005). Exposé en 1999 par le CRCO, il est accueilli en résidence l'année suivante et s'intéresse à des zones urbaines délaissées.

Jean Rolin est écrivain et journaliste. Prix Médicis 1996 pour L'Organisation. La plupart de ses livres sont publiés chez Gallimard et, depuis 2002, aux éditions POL. Dans son texte, il imagine à partir d'une description minutieuse de Cherbourg, une guerre civile, opposant l'est et l'ouest, dont la ligne de front suivrait le bassin du commerce.







George Dupin
mine d'argent sur papier Reina, 80 x 100 cm, 2015









Kermesse, hôpital de Picauville (Manche), sans date.
Photographe inconnu. Archives Fondation Bon-Sauveur




Format : 28 x 21 cm

288 pages

176 photographies

38 euros









Chemin des douaniers, Landemer, mai 2007











Christophe Bourguedieu, Cherbourg-Octeville, 2007


Lynne Cohen, Cherbourg-Octeville, 2006


Mathieu Pernot, Cherbourg-Octeville, 2006


Gilles Saussier, Cherbourg-Octeville, 2004


Gabriele Basilico, Cherbourg-Octeville, 2003


Charles Fréger, Cherbourg-Octeville, 2002


John Davies, Cherbourg-Octeville, 2001


Donovan Wylie, Cherbourg-Octeville, 2000